Attentat anti-US: Ankara savait que le kamikaze était en Turquie

Actualisé

Attentat anti-USAnkara savait que le kamikaze était en Turquie

L'auteur de l'attentat suicide contre l'ambassade des Etats-Unis vendredi à Ankara a résidé en Allemagne. mais les autorités turcs étaient censées être au courant de son retour dans le pays.

Les Turcs savaient que le kamikaze qui s'est fait exploser vendredi devant l'ambassade des Etats-Unis à Ankara était rentré sur leur territoire, a répondu mardi le ministre allemand de l'Intérieur au Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, qui a déploré lundi le manque de soutien de Berlin dans la lutte contre le terrorisme.

«Autant que je le sache, les autorités turques savaient depuis au moins un an que l'homme qui s'est fait exploser devant l'ambassade américaine à Ankara était entré illégalement en Turquie», a déclaré Hans-Peter Friedrich à la presse à l'occasion d'une visite officielle à Istanbul.

Libre circulation des terroristes

La coopération germano-turque en la matière «fonctionne bien», a ajouté M. Friedrich. En visite lundi à Prague, le chef du gouvernement turc a dénoncé le manque de soutien des pays européens, particulièrement la France et l'Allemagne, dans la lutte engagée par son pays contre le terrorisme.

«Les terroristes qui commettent les crimes les plus sanglants circulent librement dans les pays européens», a déploré M. Erdogan. Ses propos sont intervenus après l'attentat suicide vendredi contre l'ambassade des Etats-Unis à Ankara, qui a tué le kamikaze et un agent de sécurité turc de l'ambassade, revendiqué par un groupe turc d'extrême gauche interdit, le Parti/Front révolutionnaire de libération du peuple (DHKP-C).

Refus d'asile

La presse allemande a rapporté que l'auteur présumé de l'attentat, présenté par les autorités turques comme Ecevit Alisan Sanli, 40 ans, a vécu en Allemagne après avoir purgé en 2001 une peine de prison en Turquie pour sa participation à des attaques en 1997 contre un complexe militaire et la préfecture d'Istanbul.

Selon le quotidien «Süddeutsche Zeitung», les autorités allemandes ont refusé sa demande d'asile politique au motif qu'il était membre du DHKP-C et lui ont ordonné de quitter le territoire allemand, sans toutefois le placer sous surveillance. Le ministre de l'Intérieur turc Muammer Güler a rapporté que cet homme était récemment rentré en Turquie, via la Grèce, muni de faux papiers. (afp)

Ton opinion