Actualisé

Blu-ray de la semaineAnna Karénine sur les épaules de Keira Knightley

Le fait que le roman
de Tolstoï a déjà été adapté une douzaine de fois au cinéma
n'a pas empêché Joe Wright de donner sa version d'«Anna Karénine».

par
Catherine Magnin

Le moins que l'on puisse dire des 760 pages de l'«Anna Karénine» de Tolstoï, c'est qu'elles regorgent de thèmes. En décidant de l'adapter, le réalisateur Joe Wright a su choisir un angle précis, celui d'une femme victime d'un univers où la réputation dicte sa loi. Si Anna Karénine brille dans la société russe de la fin du XIXe siècle, c'est parce que son mari (Jude Law), haut fonction­naire, lui garantit une vie luxueuse. Si sa liaison adultère avec un officier de cavalerie (Aaron Taylor-Johnson) entraîne sa chute, c'est parce que le regard de ses contemporains la jette au ban de la société.

Tout n'est que représentation, et Joe Wright construit sa version d'«Anna Karénine» sous forme d'enfilade de scènes de théâtre et de superpositions de costumes. Comme autant d'étouffoirs à passions.

Une héroïne pas toujours aimable

Pour réussir une adaptation d'«Anna Karénine», il vaut mieux ne pas se louper dans le choix de l'actrice principale. Joe Wright avance en terrain connu en choisissant une Keira Knightley qu'il avait déjà dirigée dans deux adaptations d'œuvres littéraires («Orgueil et préjugés», d'après Jane Austen, en 2005, et «Reviens-moi», d'après Ian McEwan en 2007) et dont il vante la force de caractère. La comédienne ap­porte à son personnage une complexité étonnante. Dans les bonus du Blu-ray, elle explique ne pas avoir éprouvé que de la sympathie pour Anna Karé­nine, trop manipulatrice à son goût. Au final, même si le long métrage pèche par son ambition mal contrôlée, il sait faire de son décorum plus qu'un simple accessoire.

«Anna Karénine»

De Joe Wright. Avec Keira Knightley, Jude Law, Aaron Taylor-Johnson.

Film: **

Bonus: **

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!