Pertes en vue: Année sombre pour Le groupe Oerlikon
Actualisé

Pertes en vueAnnée sombre pour Le groupe Oerlikon

La détérioration de l'économie a frappé de plein fouet Oerlikon, dont les ventes comme les commandes ont dégringolé dans les divisions machines textiles et semi- conducteurs. A la Bourse, l'action a suivi le même chemin.

Sur les neuf premiers mois, le chiffre d'affaires du groupe technologique et industriel zurichois a chuté de 7,4% par rapport la même période de 2007, à 3,765 milliards de francs, et les entrées de commandes de 16,9% à 3,696 milliards.

Le carnet des commandes en cours de traitement s'est pour sa part effondré de 20,9% à 1,504 milliard de francs hors division Drive Systems (transmissions automobiles, ex-division du groupe Saurer) qui n'avait pas été prise en compte lors des neuf premiers mois de 2007. En y ajoutant les commandes de cette division, le carnet de commandes se chiffre à 1,7 milliard.

Effondrement dans le textile

Locomotive du groupe l'an dernier, la division Oerlikon Textile (ex-Saurer) a pâti du repli de ses principaux marchés, Chine, Inde et Turquie en tête. Sur les neuf mois sous revue, ses ventes ont dévissé de 31,2% à 1,351 milliard. Plus grave encore, ses entrées de commandes ont diminué de 44,9% à 1,165 milliard.

Oerlikon Components, qui regroupe les activités semi-conducteurs (Optics, Space, Esec) a aussi souffert, avec des ventes en baisse de 11,6% sur neuf mois à 189 millions de francs, et des entrées de commandes en chute de 30,5% à 194 millions.

Et si Oerlikon Coating (revêtement d'outils), Vacuum (pompes à vide) et Drive Systems ont plus ou moins bien résisté, seule la division Oerlikon Solar a vraiment tiré son épingle du jeu avec des ventes en hausse de 133% à 442 millions de francs et de confortables commandes.

Mais là aussi, l'avenir a court et moyen terme paraît semé d'embûches, la situation économique ne favorisant guère les investissements dans le solaire, selon des analystes.

Mesures d'économie

Compte tenu de cette évolution, le groupe contrôlé par Renova, la société de participations du multimilliardaire russe Victor Vekselberg, va accélérer ses mesures d'économies. Déjà annoncées, elles prévoient la suppression de 1000 emplois chez Oerlikon Textile, y compris la fermeture de deux sites allemands.

Oerlikon Esec (puces électroniques), une des unités d'Oerlikon Components, va ainsi réduire la durée du travail sur le site de Cham (ZG). Jusqu'à un tiers de l'effectif sera concerné, a dit le patron du groupe Uwe Krüger en conférence téléphonique. Un acquéreur parait par ailleurs avoir été trouvé pour Oerlikon Optics, une autre unité de cette division dont la vente avait été annoncée.

Perte annuelle

Pour l'ensemble de 2008 Oerlikon prévoit un recul de son chiffre d'affaires de l'ordre de 5 à 10%. Le résultat opérationnel (EBIT) devrait se situer autour de 250 millions de francs, mais compte tenu d'amortissements de 345 millions et de coûts de restructuration de 100 millions, l'exercice bouclera dans le rouge.

Pour comparaison, Oerlikon avait dégagé l'an dernier un bénéfice net de 319 millions de francs pour un EBIT de 496 millions et un chiffre d'affaires de 5,629 milliards. Le groupe emploie 19 000 personnes sur 170 sites dans 35 pays.

La Bourse sanctionne

Les analystes ont été quelque surpris par ce nouvel avertissement, des chiffres encore moins bons que prévu et surtout l'ampleur de la baisse des commandes. A la Bourse suisse, la sanction n'a pas tardé. Vers 14h00, l'action Oerlikon perdait 13,7% à 100,10 francs dans un marché SLI en baisse de 3,1%, après un plus bas à 98,10 francs.

En novembre 2007, le titre Oerlikon était monté jusqu'à 675,50 francs. Il y a six mois, il se traitait encore autour de 400 francs, avant d'entamer une descente inexorable au fil des mauvaises nouvelles et des avertissements sur résultats, qui se sont plus que confirmés mercredi.

(ats)

Ton opinion