Massacre à «Charlie Hebdo»: Anonymous promet venger la liberté d'expression
Actualisé

Massacre à «Charlie Hebdo»Anonymous promet venger la liberté d'expression

Le groupe des cyber-activistes a déclaré vendredi qu'une riposte massive pour défendre la liberté d'expression était en cours d'organisation, après le massacre au sein du journal.

par
20min
1 / 293
05.01.2017 De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo»...

05.01.2017 De courtes et sobres hommages, avec dépôts de gerbes et minutes de silence, ont eu lieu jeudi à Paris en mémoire des victimes des attentats de janvier 2015 contre l'hebdomadaire «Charlie Hebdo»...

AFP/Eric Feferberg
...et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts.

...et le magasin Hyper Cacher, qui avaient fait 17 morts.

AFP/Eric Feferberg
27.08.2016 Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme».

27.08.2016 Le beau-frère de l'un des auteurs de l'attaque contre Charlie Hebdo a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste en vue de préparation d'actes de terrorisme».

Des centaines d'internautes ont manifesté leur soutien à la suite de l'annonce des «hacktivistes» d'organiser des représailles en réaction au massacre ayant abouti à la mort de douze personnes au sein du journal «Charlie Hebdo» mercredi à Paris, apprend-on vendredi sur le site du journal «Le Figaro».

En effet, le fameux groupe de pirates informatiques a publié un message sur un site de partage anonyme de textes, dans lequel il explique vouloir se venger des «ennemis de la liberté d'expression». «Anonymous a toujours combattu les pourfendeurs [sic] de ces droits et n'admettra jamais qu'un individu soit abattu lâchement parce qu'il a publié un article, un dessin, une opinion...», a notamment écrit le groupe d'activistes dans son communiqué. «La liberté d'expression et d'opinion est une chose non négociable, s'attaquer à elle, c'est s'attaquer à la démocratie», a ensuite écrit Anonymous.

Les internautes ont été nombreux à publier des réponses de soutien sur le forum de discussion en ligne. «Je veux aider, qu'est-ce que je peux faire?», se questionne l'un d'eux. Pour l'heure, le plan du groupe de pirates consiste à rendre inaccessibles les sites jihadistes en les saturant de connexions. Une stratégie jugée pas bien dangereuse par le journal Libération, mais qui pourrait faire plier momentanément un site assailli, selon les«hacktivistes». Des sites et des comptes twitters d'islamistes radicaux sont déjà visés par la cyber-attaque.

Ton opinion