Actualisé 23.01.2020 à 20:04

«The Voice»Antony, le Vaudois aux millions de vues

Avant même sa diffusion, prévue samedi 25 janvier, l'audition à l'aveugle d'Antony dans «The Voice» a touché un nombre impressionnant de personnes.

de
Julienne Farine
On ne sait pas encore quel coach a choisi Antony.

On ne sait pas encore quel coach a choisi Antony.

Bureau233/ITV/TF1

«Je n'ai rien compris à ce qui m'était arrivé», confie l'habitant de Baulmes (VD), âgé de 24 ans. Le 15 janvier 2020, la vidéo de son audition à l'aveugle dans «The Voice» a été postée sur Facebook par la production de l'émission. Depuis ce jour, elle a été regardée plus de 6 millions de fois. L'histoire d'Antony, qui a commencé la musique à la suite du décès de sa sœur, a ému les internautes.

Si votre sœur n'avait pas disparu trop tôt, feriez-vous autant de musique aujourd'hui?

Je n'en avais jamais fait avant le décès d'Emmanuelle (ndlr: en 2008, après un accident). La musique m'a permis d'évacuer toute la tristesse et toute la rage que j'avais en moi et de m'occuper, parce que je ne pouvais plus faire de sport après m'être cassé le fémur.

Depuis combien de temps chantez-vous?

Cinq ou six ans. Jusqu'à l'an passé, je chantais dans ma chambre ou pour mes potes. Puis j'ai commencé à faire quelques concerts. Je suis sorti de ma chambre, parce que j'ai envie de faire carrière dans la musique. J'ai mis mes études à la Haute École pédagogique entre parenthèses pour «The Voice».

Quels ont été les retours après la mise en ligne de la vidéo de votre audition à l'aveugle?

J'ai reçu énormément de messages. J'ai eu 1500 abonnés supplémentaires en 24 heures sur Instagram et le titre que j'ai écrit et composé pour ma sœur, «Partie trop loin», a eu 6000 vues de plus sur YouTube.

Pourquoi avoir choisi «Casting», de Christophe Maé, pour l'émission?

Cette chanson raconte mon histoire, celle d'un gamin qui chante dans sa chambre et qui décide de sortir de chez lui parce qu'il veut vivre de la musique.

Vous aviez déjà pensé à participer à une émission comme celle-là?

Oui et non. Je regardais beaucoup «The Voice» quand j'étais plus jeune et quand je chantais je me disais évidemment que ce serait bien que je puisse le faire, mais je n'aurais jamais eu le courage et la prétention de dire que j'avais le potentiel pour le faire. Si on ne m'avait pas contacté sur Instagram, je ne me serais probablement jamais inscrit.

Avant votre passage, vous aviez réfléchi au choix de votre coach?

Oui, j'en avais même discuté avec mes parents, mais je n'arrivais pas à me décider. Je me suis dit que j'allais écouter ce que les coaches avaient à me dire et que je verrais sur le moment en fonction de leurs commentaires.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!