Genève: Aout, ile: corriger ces orthographes est interdit
Actualisé

GenèveAout, ile: corriger ces orthographes est interdit

Une langue plus moderne a pénétré l'école. Elle est tolérée, peu enseignée. Les parents n'en savent rien.

par
Jérôme Faas
Il est maintenant plus facile de faire zéro faute à la dictée.

Il est maintenant plus facile de faire zéro faute à la dictée.

«Mon filleul m'a assuré que l'usage du circonflexe n'était plus obligatoire à l'école!», se scandalise Nadja. En fait, l'affirmation du bambin inscrit en 8P est inexacte, mais possède un fond de vérité: depuis 2002, les établissements romands intègrent l'orthographe «rectifiée». Quelque 2000 mots peuvent depuis être écrits de deux façons, la traditionnelle et la nouvelle. Et le circonflexe de certains, comme maître ou île, devient en effet facultatif.

Ces règles alternatives sont contenues dans une brochure remise aux maîtres. Chacun «a ensuite la liberté de les enseigner ou non, mais il est toutefois obligé d'en tenir compte et surtout de ne pas sanctionner les élèves pour avoir utilisé l'une ou l'autre variante», expose Isabelle Vuillemin, de la direction générale de l'enseignement obligatoire.

«Des choses plus importantes à transmettre»

«A notre niveau, c'est très marginal, dit Luc*, instituteur. On a des choses plus importantes à transmettre. Mais c'est clair, on ne sanctionne pas.» Au collège, Eva* n'enseigne «pas spécialement» la langue rectifiée. «On fait avec.» Les élèves en usent-ils? «Dur à dire, car ils écrivent très mal.»

«Dans un CV, si un circonflexe manque...»

Iris*, aussi au collège, corrige, comme ses collègues. «Même si les élèves gueulent, on les prépare à chercher un emploi. Et dans un CV, si un circonflexe manque, le document passe à la trappe, car personne ne suit ces règles.» Peu les connaissent, en tout cas. Le GAPP, l'association des parents du primaire, n'en a pas entendu parler. Sa présidente juge que recevoir une explication «vaudrait la peine».

*Prénoms d'emprunt

La révolution divise les dictionnaires

C’est le Conseil supérieur de la langue française qui a proposé, en 1990, un toilettage orthographique. L’Académie française l’a approuvé. Quelques principes se sont imposés: les traits d’union aux nombres composés, tel vingt-et-un; ou la soudure de certains mots composés, tel audiovisuel. D’autres peinent: l’abandon de circonflexes, de trémas, ou l’accord simplifié de participes passés. Robert et Larousse eux-mêmes divergent. Ils ont intégré certains mots rectifiés, pas tous, ni les mêmes.

Ton opinion