Lausanne: Apéro géant à l'uni : verrée ou botellón?

Actualisé

LausanneApéro géant à l'uni : verrée ou botellón?

Un groupe s'est créé sur Facebook pour organiser un apéro géant à l'Université de Lausanne, selon Radio Fréquence Banane, la radio estudiantine.

par
Catherine Bex
La mode des apéros géants pourrait également toucher le campus lausannois.

La mode des apéros géants pourrait également toucher le campus lausannois.

Cet apéro géant est prévu pour le mercredi 26 mai, à 17 heures, devant les locaux de la bibliothèque cantonale et universitaire, dite «la Banane», à l'Université de Lausanne (UNIL).

Baptisé dans un premier temps «Apéro géant à l'UNIL», il a ensuite été renommé «Verrée à l'UNIL» mardi après-midi. Alexandre le Grand, le pseudonyme de l'initiateur de l'appel explique qu'il a changé le nom pour ne «pas être associé aux immenses beuveries en France».

Mardi matin, plus de 500 personnes étaient invitées par le groupe. Une cinquantaine a déjà accepté l'invitation et une centaine d'autres y participera peut-être. Plus de trois cents sont en attente d'une réponse.

Jean-Paul Dépraz, vice-recteur de l'UNIL, n'était «absolument pas» au courant qu'une telle manifestation se tramait. «Personne ne nous a rien demandé», constate-t-il. «Nous avons l'habitude de discuter avec des organisateurs, des personnes physiques, mais nous n'apprécions pas beaucoup que quelque chose se crée sans nous consulter.»

Le vice-recteur ne pose pourtant pas son veto immédiat à une telle réunion. «Nous sommes assez ouverts. Ce qui nous ennuierait, ce sont plutôt les dégâts et le désordre laissés ensuite.»

Quant à savoir quelles mesures l'UNIL va prendre, Jean-Paul Dépraz ne sait que répondre. «Nous venons d'apprendre cette nouvelle. Et puis, tout est question d'ampleur. Une cinquantaine de personnes qui se réunit reste dans l'ordre naturel du campus. En revanche, cinq cents, mille ou mille cinq cents personnes, c'est autre chose.» Et de préciser: «L'université est un territoire privé, même s'il est largement ouvert à l'usage du public.»

Ton opinion