Publicité: APG/SGA a vu son bénéfice chuter de 17,9%
Actualisé

PublicitéAPG/SGA a vu son bénéfice chuter de 17,9%

Le groupe genevois de publicité APG/SGA (ex- Affichage) a vu son bénéfice net chuter de 17,9% au premier semestre par rapport à la même période de 2011, à 16,2 millions de francs.

APG/SGA (ex-Affichage) se déclare satisfait de son premier semestre 2012. Le groupe genevois de publicité a vu son chiffre d'affaires grimper de 7,7% à 152,8 millions de francs. Son bénéfice net a, en revanche, fléchi de 17,9% à 16,2 millions en raison de facteurs extraordinaires.

Sans compter les retraits de plusieurs marchés au premier semestre 2011 - notamment de Grèce, où l'entreprise a connu de gros déboires - et l'octroi d'une garantie bancaire en lien avec les opérations grecques, le résultat net aurait augmenté de 25,1%. Les aléas monétaires ont, en outre, pesé négativement à hauteur de 1,9 million.

Au final, le bénéfice global attribuable aux actionnaires s'élève à 10,8 millions, contre 11,5 millions un an plus tôt, a précisé mardi APG/SGA. Au niveau opérationnel, le résultat avant intérêts, impôts, dépréciations et amortissements (EBITDA) a reculé de 1,5%, à 32,9 millions, mais crû de 23,6% hors effets extraordinaires.

En Suisse, où APG/SGA a décidé de se concentrer suite à l'échec de son expansion à l'étranger - d'où le retour à son nom historique Société générale d'affichage/SGA -, la société a dégagé un bénéfice net de 22,7 millions de francs, en hausse de 16,2% au regard des six premiers mois de 2011. Les ventes se sont également améliorées, de 13,5% à 142,2 millions.

Campagnes en 3D

Si l'entreprise a perdu une partie de l'appel d'offres pour le territoire public à Berne, elle a connu a contrario un grand succès avec les affichages exclusifs à des endroits stratégiques, les prestations proposées à l'industrie automobile avec des surfaces orientées uniquement face à la circulation, ainsi que les campagnes en trois dimensions pour des marques alimentaires notamment.

Les provisions liées à la caisse de pension exigées par les normes IFRS, ainsi que les conditions cadres conjoncturelles toujours difficiles à l'étranger et les pertes de change ont toutefois rogné l'évolution réjouissante sur le marché suisse, relève le groupe dans sa lettre aux actionnaires.

Ainsi, à l'international, le chiffre d'affaires, qui ne représente plus que 7% du total, a plongé de 35,8% à 10,7 millions de francs - une chute due notamment à la cession de sociétés. La perte nette de 4,3 millions affaiblit également les comptes globaux.

Serbie, Monténégro et Roumanie

APG/SGA opère toujours en Serbie, au Monténégro et en Roumanie. Les affaires serbes se sont révélées faibles au premier trimestre, avant de se reprendre légèrement. L'avenir dépendra beaucoup de l'évolution politique du pays, en particulier de la question de l'adhésion à l'Union européenne, note l'entreprise.

Celle-ci n'a pas encore pu se défaire de ses activités roumaines, en raison de la conjoncture difficile et d'»offres financières insuffisantes». L'actionnaire minoritaire et ancien directeur général n'a pas exercé son option d'achat qui courait jusqu'au 30 mars.

A l'heure du bilan, APG/SGA estime avoir réalisé un premier semestre «tout à fait positif». Quant aux perspectives, elles demeurent difficiles à évaluer, notamment pour les marchés étrangers, au vu de la conjoncture toujours incertaine qui influence le développement du marché publicitaire, conclut-il. (ats)

Ton opinion