Noël dans le monde: Appel à la paix en Terre Sainte et en Afrique
Actualisé

Noël dans le mondeAppel à la paix en Terre Sainte et en Afrique

Le pape Benoît XVI a placé le conflit au Proche-Orient au coeur de son traditionnel message de Noël «à la ville et au monde», délivré jeudi place Saint-Pierre au Vatican. Il a aussi lancé un appel à la solidarité face à la crise.

Benoît XVI, qui s'adressait aux milliers de fidèles massés sur la place depuis le balcon central de la basilique Saint-Pierre, a souhaité «que la lumière divine de Bethléem se répande en Terre Sainte, où l'horizon semble redevenir sombre pour les Israéliens et les Palestiniens» après l'expiration de la trêve entre Israël et le Hamas.

Le chef de l'Eglise catholique a rendu hommage à «ceux qui ne se résignent pas à la logique perverse de l'affrontement et de la violence» au Moyen-Orient, notamment au Liban et en Irak. Il a appelé à privilégier «la voie du dialogue» pour «trouver des solutions justes et durables aux conflits qui tourmentent la région».

L'Afrique a aussi retenu l'attention de Benoît XVI, qui célébrait le quatrième Noël de son pontificat. Il a déploré l'aggravation de la situation au Zimbabwe où sévit «une crise politique et sociale.»

Il a également évoqué les troubles en République démocratique du Congo, et en particulier au Kivu, ainsi que dans la région soudanaise du Darfour et en Somalie.

«Esprit d'authentique solidarité»

Face à la montée de la crise économique mondiale qui rend l'avenir «toujours plus incertain, même dans les nations qui sont dans l'aisance», il a appelé «chacun à faire son devoir, dans un esprit d'authentique solidarité».

«Si chacun pense uniquement à ses propres intérêts, le monde ne peut qu'aller à sa ruine», a-t-il averti.

Benoît XVI a énuméré les maux qui affligent l'humanité: atteinte à la dignité et aux droits de l'homme, prééminence des «égoïsmes personnels» sur le «bien commun», haines fratricides, «exploitation de l'homme par l'homme», terrorisme, misère quand manque «le nécessaire pour survivre».

Il a conclu son message «urbi et orbi» (à la ville et au monde) diffusé par de très nombreuses télévisions du monde entier, par des voeux de bon Noël en 64 langues dont une nouvelle venue, l'islandais parmi les classiques italien, français, allemand, anglais, chinois ou urdu.

Milliers de fidèles

Plusieurs milliers de Romains et de touristes, malgré le temps maussade, étaient venus place Saint-Pierre assister à l'intervention du pape qui s'est conclue par la traditionnelle bénédiction solennelle en latin.

Des détachements de l'armée italienne en costume d'apparat et le déploiement des gardes suisses en habit chamarré, le casque agrémenté d'un plumet, rehaussaient de touches de couleur la grisaille hivernale.

Benoît XVI avait auparavant célébré dans la basilique Saint- Pierre la longue messe de minuit, conclue peu avant 02h00 du matin.

Dans son homélie, il avait appelé à prier «pour que la paix advienne à Bethléem», la cité où la tradition chrétienne place la naissance de Jésus, et que «cessent la haine et la violence» dans toute la Palestine, le pays «où Jésus a vécu et qu'il a profondément aimé». (ats)

Ton opinion