04.11.2020 à 13:44

FootballAppel au meurtre: l’UEFA suspend un responsable azéri

L’UEFA a annoncé la suspension d’un cadre du club de Qarabag, cible d’une enquête en raison d’un message de haine visant les Arméniens, en plein conflit entre les deux pays au Nagorny Karabakh.

Pour jouer l’Europe, Qarabag a dû s’exiler.

Pour jouer l’Europe, Qarabag a dû s’exiler.

KEYSTONE

Nurlan Ibrahimov, responsable de la communication de Qarabag, s’est vu «provisoirement interdire» mercredi «d’exercer toute activité liée au football, avec effet immédiat», jusqu’à ce que la commission disciplinaire de l’UEFA «ait tranché le fond du dossier», indique l’instance du football européen dans un communiqué.

Depuis lundi, l’UEFA enquête sur la possible violation par M. Ibrahimov de deux de ses règles internes, soit «les règles basiques d’une conduite décente» et l’interdiction «de toute conduite raciste ou discriminatoire».

La Fédération arménienne de football (FFA) avait réclamé samedi l’exclusion de Qarabag des compétitions européennes, affirmant que son responsable de la communication avait appelé «à tuer tous les Arméniens, jeunes et vieux, sans distinction». «Il a également justifié le fait que la Turquie avait commis un génocide arménien» en 1915 et 1916, a assuré la FFA dans un communiqué.

«Ibrahimov a déjà supprimé son message, mais des centaines d’utilisateurs ont réussi à le voir et à le sauvegarder», selon la FFA, qui a rappelé s’être plainte de plusieurs responsables du football azéri auprès de la Fifa et de l’UEFA en octobre.

Lors des deux premières journées disputées dans le groupe I de la Ligue Europa, Qarabag s’est incliné sur le terrain des Israéliens du Maccabi Tel-Aviv (1-0) puis à domicile contre les Espagnols de Villarreal (3-1). Le club azéri, qui doit se déplacer jeudi chez les Turcs de Sivasspor, a été fondé en 1951 dans la ville d’Aghdam, située dans le Nagorny Karabakh et aujourd’hui abandonnée. En raison de la prise de contrôle de cette région par l’Arménie en 1993, Qarabag évolue depuis à Bakou, la capitale de l’Azerbaïdjan.

(AFP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!