Libye: Appel du HCR à évacuer les étrangers
Actualisé

LibyeAppel du HCR à évacuer les étrangers

Le Haut Commissaire de l'ONU pour les réfugiés António Guterres a lancé lundi un appel à la communauté internationale pour qu'elle aide à l'évacuation de Libye de dizaines de milliers d'étrangers.

«Il n'y a ni avion ni bateau pour évacuer les personnes originaires de pays très pauvres et en proie au conflit», a affirmé António Guterres, en exhortant les gouvernements à prendre en compte les besoins de toutes les personnes vulnérables, et non pas uniquement ceux de leurs citoyens.

«Un grand nombre de personnes se sentent ciblées. Elles ont peur et sont sans resources», a dit M. Guterres. Les Africains semblent être particulièrement en danger car ils sont soupçonnés d'être des mercenaires étrangers, a-t-il souligné.

Flux continu

Le HCR travaille avec les autorités frontalières tunisiennes et égyptiennes pour aider les gouvernements à gérer l'afflux de milliers de personnes qui fuient la Libye. Plus de 110'000 personnes ont déjà traversé les frontières et des milliers d'autres arrivent d'heure en heure, a précisé le HCR.

La plupart des personnes qui fuient sont des ressortissants égyptiens et tunisiens, toutefois un petit nombre de Libyens et d'autres nationalités ont également réussi à s'échapper. Le HCR s'est déclaré «vivement préoccupé car seulement un très petit nombre de réfugiés a d'ores et déjà pu quitter la Libye».

Maintenir les frontières ouvertes

«Le HCR appelle tous les gouvernements des pays voisins en Afrique du Nord et en Europe à maintenir ouvertes les frontières terrestres, aériennes et maritimes pour tous ceux qui sont forcés de fuir la Libye», a déclaré António Guterres. «Toutes les personnes qui fuient la Libye devraient se voir accorder l'accès à un territoire sans discrimination, quelle que soit leur origine», a-t- il insisté.

Le Haut Commissaire a exprimé sa gratitude envers les gouvernements tunisien et égyptien pour leur politique d'ouverture des frontières et il a réitéré son appel à la communauté internationale pour qu'elle leur vienne en aide.

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) estime qu'environ 1,5 million de travailleurs et migrants clandestins, des Africains ou des Asiatiques, se trouvent en Libye.

(ats)

Ton opinion