Actualisé 09.07.2020 à 12:52

Coronavirus

Appel pour sauver le zoo de Londres, menacé d’extinction

Après des pertes colossales, dues à la fermeture du parc, les perspectives financières des prochains mois ne sont pas meilleures, le nombre de visiteurs admis étant fortement limité, pour respecter les règles d’hygiène.

Le naturaliste britannique David Attenborough a appelé jeudi les donateurs à venir à la rescousse de l'association qui gère le zoo de Londres, dont la survie est menacée par la crise de nouveau coronavirus. «Sans votre aide, nous pourrions faire face à la fermeture du plus ancien zoo scientifique au monde» et d'une association qui «apporte depuis 200 ans une contribution exceptionnelle à la conservation et à la compréhension de la faune et la flore», plaide le scientifique de 94 ans dans un clip mettant à l'honneur des animaux.

La vidéo a été publiée jeudi sur la page d'appel aux dons de la Société zoologique de Londres, association fondée en 1826 qui soutient des projets de conservation dans une cinquantaine de pays et gère deux zoos, à Londres et à Whipsnade, à 60 kilomètres au nord-ouest de la capitale.

Trouver 25 millions au plus vite

Contrainte de fermer au public ses établissements pendant le confinement, celle-ci espère réunir un million de livres sterling (1,18 million de francs) par le biais d’un crowdfunding. Mais au total, c’est bien 25 millions de livres (près de 30 millions de francs) qui seraient nécessaires pour faire face aux pertes colossales des deux sites, passées et futures. Car, même si les zoos ont pu rouvrir, celui de Londres ne peut plus accepter que 2000 personnes à la fois en raison des normes d’hygiène, alors qu’il aurait la possibilité d’en accueillir 10’000 au maximum. Et à Whipsnade, le public est limité à 3000 personnes, pour une capacité maximale de 12’000.

Ces 25 millions de livres sont nécessaires pour assurer l’avenir des deux zoos britanniques, ainsi que celui des 20’000 animaux qui y vivent, parmi lesquels des espèces menacées, «des minuscules grenouilles à fléchettes aux majestueux tigres», a relevé le naturaliste.

1 / 4
Le zoo de Londres a rouvert, mais les visites se font presque dans l’intimité.

Le zoo de Londres a rouvert, mais les visites se font presque dans l’intimité.

AFP
Les règles de distance sociale imposent de réduire la capacité d’accueil de manière drastique.

Les règles de distance sociale imposent de réduire la capacité d’accueil de manière drastique.

AFP
L’humour reste pourtant de mise, malgré la situation financière très difficile: le zoo recommande de garder une «longueur de lion» entre chaque visiteur.

L’humour reste pourtant de mise, malgré la situation financière très difficile: le zoo recommande de garder une «longueur de lion» entre chaque visiteur.

AFP

Des tonnes de nourriture par mois

Des médias britanniques ont listé les besoins des parcs. Outre les salaires du personnel, la facture mensuelle de nourriture pour les animaux se monte à plus de 50’000 francs, rien que pour le site de Londres.

La Société zoologique de Londres se retrouve confrontée à «une pression financière énorme», selon son directeur Dominic Jermey.» «Et sans argent, notre travail crucial ne peut pas continuer», plaide sur sa page l'association.

En plus de son travail de conservation, l'association est aussi «à la pointe de la recherche pour comprendre comment des maladies comme les coronavirus se transmettent de la faune sauvage à l'homme», a-t-il ajouté. «Mais nous avons besoin d'aide pour continuer».

(AFP/jfz)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
21 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Fini les zoos

09.07.2020 à 16:35

Fermez tous les zoos du monde! Cela n a pas lieu d être, c est de la maltraitance animale. Fini les prisons pour animaux exotiques.

Lol

09.07.2020 à 16:30

Ça ne sert à rien de les aider de toutes façons les gens ne vont plus dans les zoos et si il y a encore des personnes qui y vont ils sont pas très malin car les animaux souffrent en captivités

Et Sa Majesté

09.07.2020 à 16:22

La famille royale ne pourrait-elle donner quelques milliers de livres sterling ? Après tout, le prince Charles se dit préoccupé par l’avenir de notre planète et de sa biodiversité, il devrait se sentir concerné. Moi, j’ai bien envie de donner quelque-chose à mon modeste niveau.