Actualisé 11.08.2017 à 12:29

HongkongAppels à limiter la clim des domestiques

Les appels à limiter l'air conditionné pour les employées de maison ont ravivé vendredi le débat sur les maltraitances subies par ces travailleuses immigrées.

Hong Kong fait face à une pénurie d'employées de maison et vient de passer un accord avec le Cambodge en ce sens.

Hong Kong fait face à une pénurie d'employées de maison et vient de passer un accord avec le Cambodge en ce sens.

AFP/Tengku Bahar

L'affaire a commencé avec un post sur Facebook d'une Hongkongaise se plaignant de ce que sa domestique avait allumé l'air conditionné dans sa chambre une nuit, sans autorisation, alors que la température dépassait les 30°C.

«Je suis très en colère», disait cette femme, identifiée seulement sous le nom de Wong, selon une capture d'écran de son message, depuis lors effacé, mais révélé par le journal local «Apple Daily».

Face à ce qu'elle décrit comme une «audace extrême» de son employée, elle annonce sa décision de lui couper l'air conditionné.

Le débat s'est emballé sur les réseaux sociaux et a été avivé par les remarques d'un politicien libéral, Michael Lee, à la radio, disant que les employées de maison, venant elles-mêmes de pays «très très chauds», devraient s'habituer.

«Si elles viennent d'un pays chaud, elles doivent s'habituer aux climats chauds», a-t-il insisté, interviewé par l'AFP.

Il a précisé toutefois que, face à la chaleur humide extrême de ces derniers jours, l'usage de l'air conditionné pourrait être autorisé «parce que sinon, si elles ne peuvent pas dormir, elles ne peuvent pas travailler».

De leur côté, les défenseurs des droits des employées de maison, au centre de scandales de maltraitances ces dernières années, ont dénoncé ces appels à limiter l'air conditionné comme «ridicule et inhumain».

Hongkong compte plus de 340'000 employées de maison, la plupart originaires des Philippines ou d'Indonésie et tenues de vivre chez leur employeur. L'île fait face à une pénurie d'employées de maison et vient de passer un accord avec le Cambodge, un des pays les plus pauvres d'Asie, pour que des centaines de Cambodgiennes viennent y travailler dès septembre.

Dans des pays comme la Thaïlande, les «chambres de bonnes», y compris dans les immeubles de standing modernes, ne sont pas équipées d'air conditionné, sans que cela ne suscite le moindre débat. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!