iphone - Apple déloge un outil de détection de faux avis
Publié

iphoneApple déloge un outil de détection de faux avis

Le cybermarchand Amazon a convaincu la firme à la pomme de retirer Fakespot de sa boutique d’applications.

L’extension reste disponible pour les appareils Android et sur les navigateurs web Chrome et Firefox.

L’extension reste disponible pour les appareils Android et sur les navigateurs web Chrome et Firefox.

google/fakespot

Les faux avis relatifs aux produits sont un business pour certains sur Amazon. Mais le géant américain ne compte pas laisser à d’autres le soin de séparer le bon grain de l’ivraie. Il a demandé et obtenu d’Apple la suppression de Fakespot, une application signalant les vendeurs douteux et les produits ayant fait l’objet d’évaluations malhonnêtes.

Amazon a déclaré que Fakespot fournissait «des informations trompeuses» et nuisait aux intérêts de ses vendeurs en ne les classant pas selon son propre système d’évaluation. Selon son propre examen, les produits mis à l’index par Fakespot l’étaient à tort dans 80% des cas. Le cybermarchand a aussi mis en avant qu’il n’est pas en mesure de vérifier ce que Fakespot «fait ou ne fait pas, aujourd’hui ou à l’avenir, c’est pourquoi il s’agit d’un risque de sécurité». Amazon s’est aussi retranché sur des risques de sécurité en mentionnant l’injection de code dans son site web via l’outil de Fakespot, susceptible de mettre en danger les données de ses clients.

«Amazon est prêt à intimider les petites entreprises comme la nôtre qui présentent les failles de leur entreprise»

Saoud Khalifah, patron de Fakespot.

Apple se dédouane

Quant à la firme de Cupertino, elle a justifié le retrait de l’application de son App Store conformément à «un différend sur les droits de propriété intellectuelle initié par Amazon le 8 juin». Elle dit avoir tenté de concilier les deux parties avant d’en arriver là. Les directives d’examen d’Apple interdisent les applications qui diffusent de «fausses informations», ainsi que les applications qui accèdent sans autorisation à des services d’une autre entreprise. Mais Saoud Khalifah, patron de Fakespot, affirme qu’Apple s’est juste borné à écouter une conversation entre Amazon et Fakespot avant de trancher. «Je suis choqué qu’Apple ait décidé de se ranger du côté d’Amazon sans aucune preuve», a-t-il confié au site TheVerge.

Fakespot indésirable

Fakespot évalue la qualité de l’écriture, le profil de l’éditeur du compte rendu et d’autres données relatives à un produit donné. Son application iPhone comptait 150 000 installations depuis sa sortie il y a quelques années et son extension pour le navigateur Chrome affiche 300 000 téléchargements au compteur. La société, qui a réuni plus de 5 millions de dollars de financement, ne gagne actuellement pas d’argent grâce à ses services.

Le mois dernier, rappelle le site Cnet, Amazon a déclaré avoir supprimé 200 millions de faux avis présumés avant qu’ils ne puissent être publiés sur des pages répertoriées par les quelque 2 millions de vendeurs tiers sur sa plate-forme. Mais, note encore le site TheVerge, le cybermarchand a aussi acheté des annonces de recherche contre le mot-clé «Fakespot» dans l'App Store afin de réduire l’impact potentiel de l’application.

(laf)

Ton opinion

0 commentaires