Suisse: Apple séduit les profs avec des voyages de luxe
Actualisé

SuisseApple séduit les profs avec des voyages de luxe

Pour gagner des clients, Apple sort le grand jeu. La firme invite des enseignants suisses dans des hôtels cinq étoiles pour leur présenter ses derniers produits. La démarche frôle la corruption, selon des experts.

par
Stefan Heusser/Olivia Fuchs
Cet été, six enseignants suisses se seraient laissé tenter par un des voyages offerts par la multinationale.

Cet été, six enseignants suisses se seraient laissé tenter par un des voyages offerts par la multinationale.

La multinationale américaine Apple ne recule devant rien pour démarcher sa clientèle. Cet été, la firme aurait invité six professeurs suisses dans des hôtels de luxe en Irlande et aux Etats-Unis où ils ont participé à des conférences et à des ateliers, a révélé jeudi la «Handelszeitung». A la fin du «séjour éducatif», ces enseignants ont obtenu un diplôme intitulé «Apple Distinguished Educators». En d'autres termes, cela signifie qu'ils s'engagent à «promouvoir l'utilisation de produits Apple dans leurs écoles». C'est du moins ce qui est écrit sur le site web de la firme de Cupertino.

Demande implicite

Ces séjours gratuits sont «très problématiques» en raison de l'interdépendance qui se crée entre Apple et les profs, critique Beat Zemp, président de la faîtière des enseignants suisses. «Même si les professeurs ne sont pas obligés de s'engager formellement à fournir leurs établissements scolaires en produits Apple, il est évident que l'entreprise leur demande implicitement le contraire», affirme-t-il.

Avis divergents

Contacté, le président de la commission de la science, de l'éducation et de la culture du National, Christian Wasserfallen (PLR/BE), qualifie le démarchage d'Apple de légitime: «Il est important que les professeurs se renseignent sur les nouveaux produits du marché.» Le Bernois souligne néanmoins que les écoles ne doivent pas pour autant être obligées de se fournir en produits Apple uniquement parce que les enseignants aiment cette marque. La conseillère aux Etats Anita Fetz (PS/BS) n'est pas du même avis: «C'est vraiment limite. Les écoles ne devraient pas se faire influencer par la pub et les différentes firmes. Les profs qui acceptent ces voyages feraient mieux d'aller en Asie pour qu'ils voient dans quelles conditions sont fabriqués les produits qu'ils souhaitent promouvoir.»

Ton opinion