Après Armstrong, Floyd Landis décroche la lune à son tour
Actualisé

Après Armstrong, Floyd Landis décroche la lune à son tour

Après le triplé de Greg LeMond (1986, 89 et 90) et les sept succès de Lance Armstrong (1999 à 2005), Landis poursuit la saga américaine sur la Grande Boucle.

Le coureur de Phonak s'est finalement imposé avec 59'' d'avance sur l'Espagnol Oscar Pereiro et 1'29'' sur l'Allemand Andreas Klöden. L'arrivée sur les Champs-Elysées s'est bien sûr jouée au sprint, la 20e et dernière étape a été remportée par le Norvégien Thor Hushovd (Crédit Agricole), déjà victorieux du prologue à Strasbourg.

Landis est le premier vainqueur d'un Tour de France faisant partie d'une équipe dont le sponsor principal est suisse, Phonak, fabricant d'appareils auditifs. C'est aussi le triomphe d'Andi Rihs, le fondateur de l'entreprise de Stäfa, passionné et pratiquant le cyclisme en amateur, convaincu depuis de longues années de la formidable vitrine en termes de communication que représente ce sport qui se déroule, selon lui, «dans le plus grand stade du monde».

Cette saga américaine a pourtant connu bien des rebondissements, à l'image de ce Tour fou qui aura vu sept coureurs différents pédaler en jaune: Hushovd, Hincapie, Boonen, Honchar, Dessel, Pereiro et Landis. Leipheimer a compromis ses chances dès le premier long chrono de Rennes (7e étape) et Hincapie a sombré sur les hauteurs des Pyrénées (11e).

Landis, bien soutenu par son équipe, passait la première semaine sans connaître de problèmes et franchissait les Pyrénées avec les meilleurs. Avant de connaître une terrible défaillance à La Toussuire et de réaliser un exploit le lendemain à Morzine. Il n'avait plus qu'à porter l'estocade dans le chrono de samedi. Ce qu'il fit de brillante manière.

(si)

Ton opinion