Automobile: Après l'engouement, la réalité rattrape Tesla
Actualisé

AutomobileAprès l'engouement, la réalité rattrape Tesla

Le constructeur automobile américain est confronté à des retards de livraison de pièces détachées. La berline Model 3 va-t-elle en pâtir?

par
cht/nxp
L'un des Model 3 présenté le 31 mars dernier par Tesla.

L'un des Model 3 présenté le 31 mars dernier par Tesla.

photo: Keystone

Les commandes dépassent largement les attentes de Tesla: trois jours après la présentation de son futur modèle d'entrée de gamme, la Model 3, une berline annoncée au prix de base de 35'000 dollars, le fabricant de voitures électriques américain avait enregistré dimanche plus de 276'000 commandes. Mais va-t-il pouvoir les honorer?

C'est la question que se posent désormais plusieurs médias, dont le «Tages-Anzeiger» et «Le Temps» mercredi. Car Tesla rencontre de gros problèmes depuis le début de l'année, soucis qui ont retardé les livraisons de ses modèles existants. Seuls quelque 14'820 voitures (12'420 Model S et 2400 Model X) ont été vendues, alors que le fabricant en visait 16'000.

«Le premier trimestre a été affecté par une pénurie de pièces importantes pour la Model X en janvier et en février qui a duré bien plus longtemps que prévu», a expliqué la société, lors de ses résultats trimestriels présentés dans la nuit de lundi à mardi. Le problème a été résolu et les usines ont retrouvé leur rythme. Mais de nombreux véhicules ont été construits trop tard pour être livrés dans les délais.

«Orgueil démesuré»

Le patron de Tesla, Elon Musk, a expliqué les causes principales de cette pénurie: d'abord, la société n'a «pas assez de capacité en interne pour fabriquer ses propres pièces»; puis, «sa capacité de validation des fournisseurs est insuffisante». Enfin, «l'orgueil démesuré de Tesla de vouloir ajouter trop de nouvelles technologies dans la première version de la Model X», a aussi joué un rôle, a reconnu le constructeur, rapporte le site Clubic.

Elon Musk a cependant affirmé qu'il parviendra à vendre cette année 80'000 à 90'000 Model S et Model X. Selon un analyste interrogé par le «Wall Street Journal», le fabricant essaie surtout de rassurer le marché en indiquant qu'il travaille pour s'assurer que les mêmes erreurs ne se répéteront pas avec le Model 3, rapporte «Le Temps».

Sans bénéfice

«Il faut que Tesla réussisse à passer à l'échelle supérieure pour rencontrer le succès dans la décennie à venir», prévient Stephanie Brinley, experte du marché automobile au sein du cabinet IHS. Elon Musk a évoqué l'objectif de 500'000 voitures par an à l'horizon 2020.

«Il ne pourra pas produire qu'à un seul endroit dans le monde, il va lui falloir un réseau de fournisseurs, observe pour sa part Jean-François Belorgey, spécialiste du marché automobile au cabinet EY. «Il risque de se heurter à tout ce que les autres constructeurs automobiles ont mis des dizaines d'années à mettre en place». Or, Tesla n'a pas encore dégagé de bénéfice. Il faudra encore attendre quatre ans, selon Elon Musk. Le constructeur «tient» grâce à sa capacité à lever des fonds en Bourse.

Pour rappel, Tesla a dévoilé vendredi un véhicule deux fois moins cher que le Model S. Le Model 3 doit être commercialisé 35'000 dollars et vendu fin 2017 aux USA, début 2018 en Europe. Plus de 276'000 personnes, dont de nombreux Suisses, ont versé 1000 dollars pour réserver le modèle, générant ainsi 11,59 milliards de chiffre d'affaires.

Ton opinion