Sion: Après la fête, on fait le ménage
Actualisé

SionAprès la fête, on fait le ménage

Alors qu'une partie des Sédunois récupérait encore des célébrations pour la Coupe de Suisse, la voirie était à l'œuvre lundi matin pour nettoyer les rues.

par
Mirko Martino
1 / 5
Les détritus témoignaient encore de la victoire de la veille, lundi matin à Sion.

Les détritus témoignaient encore de la victoire de la veille, lundi matin à Sion.

mkm
mkm
mkm

«Ce matin, j'ai vu un peu moins de monde que d'habitude, révèle Anne-France, qui gère un kiosque à côté de la gare de Sion. Quelques cernes pour certains, évidemment.» Et la kiosquière de souligner que la presse payante du jour s'est bien vendue: «Il y a des gens qui ont pris carrément deux exemplaires de différents journaux pour les conserver.» Non loin de là, Françoise sert des clients à la terrasse d'un tea-room. «Mon copain est rentré tard à la maison et ce matin au réveil il n'avait plus de voix, s'amuse-t-elle. Et il n'est sûrement pas le seul parmi ceux qui ont fêté jusqu'au milieu de la nuit sur la place de la Planta.»

Car c'est là et dans les rues environnantes que la ville a vibré. Et c'est donc là, trottoirs jonchés de cadavres de bouteilles et effluves d'urine, que les employés de la voirie s'affairent. Romano, l'un d'eux, fait le point: «J'étais aussi là pour fêter. Les bars ont eu l'autorisation de rester ouverts jusqu'à 2h. Mais j'ai évité de rester jusqu'au bout, car ce matin je commençais à 7h. Nous sommes environ 80 à être mobilisés pour cette opération nettoyage. D'autres collègues ont travaillé toute la nuit. Et là, à 10h30, j'ai à peine fait le quart de ce que j'ai à faire.» Malgré cela, il rappelle avec philosophie et satisfaction que «ce n'est pas tous les jours que l'on gagne la Coupe.»

Au Palais du Gouvernement, la réceptionniste n'a relevé ni retard ni gueule de bois. «Par contre, en arrivant ce matin, j'ai vu quelques personnes qui dormaient sous un arbre ou sur un banc», raconte-t-elle. A quelques encablures, Jean-Marc, le patron d'un café, lui fait écho, et précise: «En venant faire l'ouverture à 5h45, les derniers fêtards trinquaient encore sur une place de jeu, dans une ambiance bon enfant.» Bernard Sermier, commissaire de police, est lui aussi enchanté du déroulement de cette soirée de liesse: «Il n'y a eu aucune intervention particulière malgré les plus de 10'000 personnes présentes dans les rues. Les établissements publics ont joué le jeu, à 2h30 tout était fermé. Certains supporters ont poursuivi dans le calme jusqu'au premier train pour rentrer chez eux. C'est réjouissant de tirer un tel bilan pour une fête liée au football, vu que ce n'est malheureusement pas toujours le cas.» Plein succès donc, pour ce qui a été considéré pour beaucoup comme une répétition générale des festivités pour le bicentenaire de l'entrée du Valais dans la Confédération.

Ton opinion