Yverdon-les-Bains (VD): Après la polémique, la ville réorganise l’Office du logement
Publié

Yverdon-les-Bains (VD)Après la polémique, la ville réorganise l’Office du logement

La Municipalité a présenté hier les mesures de réorganisation de l’Office du logement pour éviter d’éventuels abus. Elle a également chargé le service des ressources humaines de lui présenter un plan d’action pour renforcer les mesures de lutte contre le harcèlement dans l’administration

Yverdon-les-Bains réorganise l’Office du logement.

Yverdon-les-Bains réorganise l’Office du logement.

dr

À la suite des résultats des deux audits sur le fonctionnement de l’Office du logement, la Municipalité d’Yverdon-les-Bains (VD) a pris un certain nombre de mesures. Fortement soupçonné de «comportement inadéquat» envers des citoyennes, le patron de l’office du logement avait été blanchi par la justice l’automne dernier, mais l’affaire avait révélé des dysfonctionnements.

Les propositions de réorganisation se basent sur les recommandations émises par un groupe de travail dédié, constitué de représentants du Service jeunesse et cohésion sociale, des ressources humaines, ainsi que des services des bâtiments et des finances. La Municipalité a décidé que la structure de l’Office du logement serait revue: afin de partager la charge de travail et d’assurer un contrôle systématique des décisions d’attribution, le préposé au logement se verra adjoint une seconde personne, dotée d’un profil plus administratif.

Afin que le pouvoir décisionnel ne revienne pas uniquement à un seul préposé, une commission d’attribution du logement sera créée, dont la composition sera décidée par la Municipalité. Elle aura pour but d’améliorer la coordination entre la gérance communale (rattachée au Service des bâtiments) et l’Office du logement (rattaché au Service Jeunesse et cohésion sociale) et statuera sur les critères, le choix des locataires, mais aussi sur les demandes de résiliation de bail et l’autorisation de certaines exceptions.

Renforcer la lutte contre le harcèlement

La Municipalité a par ailleurs chargé le Service des ressources humaines de lui proposer un plan d’action pour renforcer les mesures de lutte contre le harcèlement dans l’administration. Elle va en outre renforcer les dispositifs d’écoute pour les collaborateurs, ainsi que ceux permettant aux lanceurs d’alerte de s’exprimer en toute confiance.

Enfin, la Municipalité a chargé le Secrétariat général de lui proposer des mesures permettant aux administrés de signaler les éventuels problèmes de communication, d’information, d’organisation ou relationnels rencontrés. Ces mesures s’inscrivent dans une réflexion plus large quant à la mise en place, selon des modalités encore à déterminer, d’un bureau de médiation administrative, comme cela existe notamment au niveau cantonal.

Sur l’issue de l’enquête disciplinaire toujours en cours, la Municipalité n’est pas en mesure de s’exprimer. Quelles que soient les conclusions de cette enquête, la Municipalité n’acceptera jamais que des administrées puissent être traitées avec familiarité. Une administration se doit d’accueillir tout un chacun avec bienveillance et respect, conclut le communiqué diffusé par la ville.

(gma/comm)

Ton opinion