Crise énergétique et sanctions : Après l’arrêt de Nord Stream, la Russie «torche du gaz» à perte 

Publié

Crise énergétique et sanctions Après l’arrêt de Nord Stream, la Russie «torche du gaz» à perte 

«Cela est très mauvais pour l’environnement parce que le méthane est le deuxième gaz le plus néfaste en terme de gaz à effet de serre», déplore une responsable de l’UE. 

Un torchage de gaz dans la baie de Portovaya, en Russie, le 26 août. 

Un torchage de gaz dans la baie de Portovaya, en Russie, le 26 août. 

REUTERS

La Russie, qui a suspendu la livraison de gaz à l’Union européenne par le gazoduc Nord Stream, «torche du gaz» à perte, car «ses réservoirs sont pleins», a déploré mardi, la commissaire européenne à l’Énergie, Kadri Simson.

«Pas d’autres gazoducs»

«Nous voyons que la Russie et ses compagnies utilisent le gaz naturel comme une arme. Ils ont coupé les livraisons vers l’Europe, mais (...) ils n’ont pas d’autres gazoducs vers d’autres régions du monde, et leurs réservoirs souterrains sont pleins», a déclaré la commissaire européenne, à des journalistes, au cours d’une visite dans la capitale indonésienne Jakarta. «Nos satellites ont enregistré des fuites de gaz et le torchage de gaz naturel, or, cela est très mauvais pour l’environnement parce que le méthane est le deuxième gaz le plus néfaste en terme de gaz à effet de serre».

Kadri Simson.

Kadri Simson.

AFP

Plafonnement du prix 

L’Europe risque de faire face à un manque aigu de gaz cet hiver après l’annonce vendredi de l’arrêt complet du gazoduc Nord Stream 1 par le géant russe Gazprom. Le Kremlin a lié l’arrêt des livraisons vers ce gazoduc stratégique aux sanctions prises par les Occidentaux, après l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Par ailleurs, à la suite de la décision de l’Union européenne de se passer presque totalement de pétrole russe, «la Russie cherche de nouveaux marchés et est prête à vendre ses produits pétroliers à prix cassés à ceux qui voudraient en acheter», a déclaré Kadri Simson. Mais les membres du G7 ont annoncé vendredi un plafonnement du prix du pétrole exporté par la Russie, pour limiter les revenus engrangés par Moscou. «Nous ne voulons pas payer à un agresseur un prix indu. Donc notre message à l’Indonésie, mais aussi à l’Inde et à la Chine est que si vous voulez toujours acheter des produits pétroliers russes, nous proposons un plafonnement du prix».

Réunion du G20 

Kadri Simson, qui était en Indonésie pour une réunion du G20, sur l’énergie et des entretiens bilatéraux, va poursuivre son voyage en Inde, où elle devrait discuter de cette proposition. Elle n’a pas indiqué en revanche quelle était la position de l’Indonésie face au plafonnement du prix du pétrole russe. La compagnie pétrolière indonésienne Pertamina, avait envisagé de commencer à acquérir du pétrole russe à prix cassé, mais n’a pas confirmé avoir passé de contrat avec la Russie, depuis le début de la guerre en Ukraine en février.

(AFP)

Ton opinion

110 commentaires