Actualisé 11.04.2019 à 07:25

Téléphonie

Après le canton de Vaud, Genève s'oppose à la 5G

Le Grand Conseil genevois a décidé de mettre son veto, mercredi soir, sur l'introduction de la 5G dans le canton.

Débattue en urgence, la motion est motivée par le principe de précaution.

Débattue en urgence, la motion est motivée par le principe de précaution.

Keystone

Un jour après leurs homologues vaudois, les députés genevois demandent un moratoire sur la mise en place de la 5G sur le territoire du canton. La motion adoptée mercredi demande d'attendre les résultats d'études scientifiques indépendantes.

«On nous dit que la fréquence est quasiment la même que pour la 4G. Mais la 5G sera utilisée pour connecter des objets entre eux. L'environnement sera de plus en plus chargé en ondes magnétiques, et personne ne sait si leur accumulation est nocive pour la santé», a dénoncé le PDC Bertrand Buchs, premier signataire de la motion. Les députés veulent aussi connaître l'effet de la 5G sur la faune.

Principe de précaution

Débattue en urgence, la motion est motivée par le principe de précaution. «Il faut la voter sur le siège pour donner un signal clair», a plaidé la Verte Katia Leonelli. Mais pour le magistrat Vert Antonio Hodgers, en charge du Département du territoire, il est prématuré de voter une restriction préventive: «Un renvoi en commission permettrait une approche plus scientifique.»

Adoptée par 58 oui, contre 28 non (PLR) et une abstention, la motion invite le Conseil d'Etat à demander à l'Organisation mondiale de la santé de piloter des études scientifiques indépendantes. Contrairement à leurs homologues vaudois, les députés genevois ne se contenteront pas des conclusions du rapport de l'Office fédéral de l'environnement sur cette nouvelle technologie. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!