Crise migratoire – Johnson assume sa lettre à Macron qualifiée d’«inadmissible»
Publié

Crise migratoireJohnson assume sa lettre à Macron qualifiée d’«inadmissible»

La France ne veut plus de la ministre de l’Intérieur britannique à une réunion d’urgence sur les migrants, ce dimanche à Calais. La faute à un courrier de Boris Johnson, qui ne regrette rien.

La ministre de l’Intérieur britannique Priti Patel et son homologue français Gérald Darmanin. 

La ministre de l’Intérieur britannique Priti Patel et son homologue français Gérald Darmanin.

AFP

Le Premier ministre britannique Boris Johnson ne regrette pas la lettre adressée au président Emmanuel Macron qui a provoqué la colère de Paris dans le dossier des migrants, écrite «dans un esprit de partenariat et de coopération», a indiqué son porte-parole.

A la question de savoir s’il regrettait cette lettre où il demande aux Français de reprendre les migrants ayant traversé illégalement la Manche, après un naufrage meurtrier, le porte-parole a répondu: «Non, comme le Premier ministre l’a dit lui-même, lui et le président Macron ont reconnu l’urgence de la situation».

Selon lui, la missive, publiée sur Twitter, vise à «approfondir notre coopération existante» en matière de lutte contre l’immigration clandestine.

A la suite de la publication de cette lettre, Paris a décidé d’annuler la venue de la ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, à une réunion prévue dimanche, avec d’autres pays européens, sur le sujet des migrants.

Londres a appelé les Français à revenir sur cette décision.

Londres a appelé les Français à revenir sur cette décision.

«Nous voulons travailler étroitement avec les partenaires internationaux, bien évidemment incluant la France, sur ce qui est un problème commun, afin que nous puissions trouver des solutions communes», a souligné le porte-parole.

«C’est un défi mondial auquel nous devons répondre collectivement, avec les Français et nos autres partenaires européens», a-t-il insisté, estimant qu’il fallait en «faire plus».

Les traversées de la Manche par des migrants rêvant d’Angleterre constituent un sujet de tension régulier entre Paris et Londres, les autorités britanniques estimant insuffisants les efforts entrepris côté français pour les empêcher d’embarquer malgré le versement d’aides financières.

Le climat s’est encore tendu après le naufrage, mercredi, d’une embarcation dans cette voie maritime très fréquentée, causant la mort de 27 migrants.

Interrogé sur la lettre, Emmanuel Macron est dit vendredi «surpris» des méthodes «pas sérieuses» de Boris Johnson. «On ne communique pas d’un dirigeant à l’autre sur ces questions-là par tweets et par lettres qu’on rend publiques, nous ne sommes pas des lanceurs d’alerte», a-t-il déclaré, lors d’une conférence de presse à Rome, à l’issue de la signature d’un traité avec l’Italie.

(AFP)

Ton opinion

1 commentaire