Actualisé 30.06.2016 à 09:40

Euro 2016

Après le Kosovo, le Tyrol du Sud veut son équipe

Petite province autonome coincée entre l'Italie et l'Autriche, cette région aspire à faire sécession dans le paysage du football.

de
duf
La province autonome de Bolzano, ou Tyrol du Sud, a même déjà créé son maillot.

La province autonome de Bolzano, ou Tyrol du Sud, a même déjà créé son maillot.

photo: Kein Anbieter

La formule 2016 de l'Euro, qui accueillait cette année 24 équipes au lieu de 16, a sans doute grandement contribué à l'explosion sur la scène internationale de celles qu'on considère généralement comme les «petites équipes». Peu habituées à jouer les trouble-fête en phase finale des grands tournois, des nations comme l'Islande, l'Irlande du Nord, l'Albanie ou le Pays de Galles ont eu l'occasion rare de s'afficher en France et de gagner un nouveau public.

Dès lors, qu'est-ce qui empêcherait d'autres nations ou régions au pedigree plus modeste de briller également sur la scène internationale? Pas grand-chose, à en croire certains dirigeants prêts à tout pour marquer leur identité régionale. Après l'intronisation, en mai dernier, du Kosovo en tant que membre à part entière au sein de la FIFA et de l'UEFA, voilà certains élus du «Südtirol», connu aussi en tant que province autonome de Bolzano ou Haut-Adige, souhaitent pouvoir former leur propre équipe nationale.

Gibraltar comme modèle à suivre

Mercredi, c'est sans rire que le sujet a été discuté lors de la séance du Landtag (Parlement) de cette petite région rattachée à l'Italie, proche de la frontière avec l'Autriche et dont la majorité des habitants parlent un dialecte allemand. Selon le député Bernhard Zimmerhofer, le Tyrol du Sud doit postuler auprès des instances mondiale (FIFA) et européenne (UEFA) du football pour obtenir son indépendance en compétition officielle. Le président de la région, Arno Kompatscher, a pour sa part déjà reçu le premier maillot de la future sélection rêvée. Zimmerhofer compte s'enquérir auprès des mini-Etats du ballon rond comme Gibraltar, les îles Féroé ou Saint-Marin, pour connaître la méthode pour faire sécession.

«Le cas de Gibraltar, le plus jeune membre de l'UEFA, montre que l'affiliation est possible pour les Etats non souverains», s'enthousiasme Zimmerhofer. Il a reçu l'appui d'un autre élu, Pius Leitner, qui a souligné qu'à l'Euro actuel, «la Grande-Bretagne est représentée par trois équipes (ndlr: Angleterre, Pays de Galles et Irlande du Nord, même si cette dernière ne fait pas effectivement partie de l'île britannique)». Le député vert Hans Heiss a pour sa part affirmé son scepticisme de traiter avec des instances comme la FIFA et l'UEFA, qu'il juge «mafieuses».

Bien que certaines voix se soient élevées pour qualifier le projet de «ridicule», les démarches ont été approuvées. Par 22 voix contre 7, le Landtag a validé le projet. Un rapport doit être rendu d'ici une année, après prise de contact avec d'autres petites fédérations, dans l'optique de déposer un dossier d'adhésion. Avec sa population légèrement supérieure à 507'000 habitants et sa superficie de 7400 km2, la province pourrait donc bien rejoindre à l'avenir la liste de ces surprenants «petits» du football mondial.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!