Divorce: Après le mariage, les gays revendiquent le droit de divorcer
Actualisé

DivorceAprès le mariage, les gays revendiquent le droit de divorcer

Sept ans après la légalisation des premiers mariages homosexuels, les Pays-Bas enregistrent une forte progression des divorces gays.

Décidément, les Pays-Bas sont à l'avant-garde question droit des homosexuels. Premier pays à avoir légalisé le mariage entre deux personnes du même sexe, en 2001, la Hollande enregistre les premières séparations de couples gays et lesbiens. En deux ans, la progression est fulgurante: 120 «homodivorces» ont été prononcés en 2006 (le double de 2004) pour 1200 mariages, rapporte le quotidien français Libération.

Pas de quoi inquiéter les milieux concernés. Et pour cause, question statistiques, les couples homosexuels ne sont pas si nombreux à divorcer. «Le taux de divorce est beaucoup moins élevé que chez les hétéros», avance René van Soeren, porte-parole de COC Nederland, la plus grande association gay du pays.

Les femmes lesbiennes sont en général plus promptes à se marier et à se séparer que les gays. Hormis un pic à 2500 unions en 2001, année de la légalisation du mariage, les mariages se sont stabilisés autour de 1200 par année. Il faut ajouter à cela environ 600 couples homosexuels qui se déclarent concubins chaque année. En gros, ils ont les mêmes droits que dans un mariage civil. Et en cas de rupture, c'est nettement moins coûteux.

En juillet dernier l'état civil a remplacé la mention «nom de jeune fille» sur les formulaires de mariage, par «nom de naissance», évitant ainsi des situations embarrassantes.

dbe

Ton opinion