Actualisé 29.07.2016 à 20:38

TurquieAprès le putsch, plus de 18'000 personnes en prison

Deux semaines après la tentative de coup d'Etat, l'exécutif a entrepris une vaste purge dans presque tous les appareils de l'Etat.

1 / 151
La Turquie commémore lundi la mise en échec d'une sanglante tentative de coup d'Etat visant à renverser le président Recep Tayyip Erdogan. (15 juillet 2019)

La Turquie commémore lundi la mise en échec d'une sanglante tentative de coup d'Etat visant à renverser le président Recep Tayyip Erdogan. (15 juillet 2019)

AFP
Les autorités turques ont émis vendredi des mandats d'arrêt contre plus de 200 militaires. (14 décembre 2018)

Les autorités turques ont émis vendredi des mandats d'arrêt contre plus de 200 militaires. (14 décembre 2018)

Keystone
AK Party members stand in front of shoes symbolizing victims of the September 12, Turkish coup d'Etat as they take part in a rally to commemorate the 38th of the event in front of the Ulucanlar prison in Ankara, on September 13, 2018. (Photo by ADEM ALTAN / AFP)

AK Party members stand in front of shoes symbolizing victims of the September 12, Turkish coup d'Etat as they take part in a rally to commemorate the 38th of the event in front of the Ulucanlar prison in Ankara, on September 13, 2018. (Photo by ADEM ALTAN / AFP)

Keystone

Plus de 18'000 personnes ont été placées en détention depuis le putsch manqué du 15 juillet, a déclaré vendredi le ministre turc de l'Intérieur Efkan Ala à la chaîne de télévision publique TRT Haber. Sur ce total, 9677 ont été officiellement arrêtées et attendent de passer en jugement.

Le ministre a ajouté que les passeports de près de 50'000 personnes avaient été confisqués à la suite du putsch manqué. Près de deux semaines après la tentative de coup d'Etat menée par un groupe au sein de l'armée, qui a fait au moins 246 morts, le gouvernement turc a entrepris une vaste purge dans presque tous les appareils de l'Etat, la justice, l'armée et les médias.

Visé par la tentative de putsch, le président Recep Tayip Erdogan accuse l'imam Fethullah Gülen, installé aux Etats-Unis, d'avoir fomenté le coup d'Etat, ce que ce dernier dément. Il a donc entrepris de poursuivre non seulement les militaires impliqués dans le putsch, mais toute personne soupçonnée de lien avec le mouvement de Fethullah Gülen, en Turquie ou à l'étranger. (nxp/ats)

Amnesty dénonce

La répression de la société civile et les atteintes à la liberté des médias sont parvenues à un niveau inquiétant et sans précédent en Turquie, dénonce vendredi Amnesty International (AI) dans un communiqué.

Il y a «peu de doute quant au fait que les autorités entendent réduire au silence les voix dissidentes, au mépris du droit international», a déclaré Fotis Filippou, directeur adjoint du programme Europe d'AI, cité dans le communiqué.

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!