Les réactions se multiplient après la hausse des primes maladie

Publié

Hausse des primes maladieAprès les annonces de Berset, les réactions se multiplient

En 2023, la prime moyenne augmentera de 6,6%. Partis, cantons et associations réagissent aux annonces du Conseil fédéral.

Les réactions ne se sont pas fait attendre après la conférence de presse d’Alain Berset lors de laquelle il a annoncé une augmentation des primes maladie en 2023: la prime moyenne atteindra 334 fr. 70, soit une hausse de 6,6% par rapport à 2022.

Les partis s’inquiètent de la situation des individus à faibles et moyens revenus. Dénonçant «un véritable choc pour la classe moyenne et les familles à revenus faibles et moyens», Le Centre «s’engage pleinement et a déposé une motion pour l’augmentation temporaire de 30% des subventions fédérales aux primes d’assurance maladie».

Le PS estime de son côté que «des solutions urgentes sont nécessaires pour le pouvoir d’achat de la population». À moyen terme, les Verts veulent, eux, «remplacer le système antisocial de primes maladie par tête par un système de primes proportionnelles au revenu».

Pour le PLR, «il est plus nécessaire que jamais d’appliquer des mesures libérales-radicales pour endiguer la hausse des coûts de la santé et donc des primes». Le parti propose toute une série de mesures dans une vidéo partagée sur les réseaux sociaux.

Des aides cantonales

En Valais, où la prime moyenne d’assurance maladie augmentera de 5,8%, le Conseil d’État a déjà proposé, pour soutenir les personnes de condition économique modeste, «d’allouer 239,2 millions de francs à la réduction individuelle des primes pour l’année 2023, soit 14 millions supplémentaires par rapport à 2022». Le Grand Conseil se prononcera en décembre sur le montant total.

Le canton de Vaud met dès aujourd’hui un site internet à la disposition de la population vaudoise: www.vd.ch/primes. Celui-ci «explique de manière simple comment optimiser ses primes, par exemple en changeant d’assurance ou de modèle». Et du 17 octobre au 30 novembre, une permanence téléphonique cantonale «répondra aux questions en lien avec les primes 2023».

Le canton du Jura, où la hausse est plus élevée que la moyenne suisse (+7,9%) rappelle que «la meilleure solution à court terme pour réduire ses dépenses individuelles ou familiales reste de changer d’assureur maladie et de se renseigner sur les différents modèles d’assurance».

«Échec collectif»

Pour la Fédération romande des consommateurs (FRC), cette annonce «est l’aboutissement d’un échec collectif annoncé». À ses yeux, «la responsabilité de l’ensemble des prestataires est engagée» car, «alors que les hausses étaient modérées ces quatre dernières années, ces acteurs ont tout fait pour torpiller des mesures pourtant ambitieuses, principalement parce qu’elles mettaient à mal leur rémunération», dénonce-t-elle. Enfin, elle déplore que les assurés doivent «pallier une fois de plus cette inaction organisée».

L’Union syndicale suisse (USS) estime que cette augmentation est une «charge supplémentaire [qui] dépasse les limites du supportable, et pas seulement dans le contexte tendu que nous vivons actuellement (hausse des prix de l’énergie, etc.)». Pour que le système de santé suisse soit assis sur une base de financement durablement sociale, il faut «amener une part raisonnable de financement par le biais de ressources prélevées en fonction des revenus, comme c’est le cas partout en Europe!» déclare-t-elle.

(comm/aze)

Ton opinion

340 commentaires