Mauvaise image: Après les déboires de Thierry Henry, ceux de Tiger Woods
Actualisé

Mauvaise imageAprès les déboires de Thierry Henry, ceux de Tiger Woods

Thierry Henry et Tiger Woods figurent, au côté de Roger Federer, dans la dernière pub de Gillette. Manque de chance, une image de tricheur colle désormais à la peau du footballeur, tandis que le golfeur se révèle infidèle. L'image de la marque de rasoirs sera-t-elle préteritée? L'avis d'un spécialiste.

par
Catherine Muller

Depuis sa fameuse main contre l'Irlande qui a aidé à qualifier son pays pour le Mondial 2010, l'image de l'attaquant français Thierry Henry est passablement écornée. Beaucoup le voient désormais comme un tricheur et ne semblent pas prêts à lui pardonner son vilain geste. «Titi» risque d'avoir la vie dure en Afrique du Sud...

Le cas de Tiger Woods diffère quelque peu. Marié depuis 5 ans à l'ex-mannequin suédoise Elin Nordegren, le no1 mondial de golf n'est pas aussi vertueux qu'il ne le laissait paraître. Son récent accident de voiture, survenu devant son domicile en Floride, a mis en lumière son infidélité. Non pas avec une, mais avec au moins trois maîtresses.

Des produits de grande consommation

En l'espace de deux semaines, deux des trois champions sponsorisés par Gillette - et qui apparaissent côte à côte dans une pub - voient ainsi leur image passablement ternie. Seul Roger Federer, fraîchement marié et père de jumelles depuis l'été, n'a rien à se reprocher. Spécialiste en communication publicitaire, Philippe Mayer ne pense pas que ces deux «affaires» porteront préjudice à Gillette. «Lorsqu'on a affaire à des produits de grande consommation, en l'occurrence des rasoirs, les incidences sur les ventes sont très limitées, voire inexistantes», explique le Managing Director de l'agence de publicité Saatchi & Saatchi à Genève.

«Cela devient plus complexe lorsqu'il s'agit d'une marque de luxe, ajoute Philippe Meyer. Lorsque le mannequin Kate Moss a été surprise en train de sniffer de la cocaïne, on se souvient que Chanel avait décidé de stopper sa campagne pour le parfum 'Coco Mademoiselle', auquel elle prêtait son visage».

Un côté plus humain

Dans le cas de Thierry Henry, mais surtout de Tiger Woods, Philippe Meyer pense que «finalement, de tels événements contribuent à donner une dimension humaine à ces grandes stars, ce qui amène de la proximité». «Les gens se rendent compte qu'il s'agit avant tout d'êtres humains, avec leurs faiblesses. Ce n'est pas forcément négatif».

Reste que miser sur tel ou tel sportif pour assurer la promotion de sa marque comporte toujours une part de risque. «Il est très difficile, voire impossible, de spéculer sur la carrière d'un sportif. Mais il est capital qu'il existe une cohérence entre les valeurs véhiculées par la marque et celles de l'athlète. Si l'association est trop contre-nature, le consommateur n'est pas dupe» conclut Philippe Mayer.

Ton opinion