Enlèvement au Mexique: Après les médiums, des détectives privés
Actualisé

Enlèvement au MexiqueAprès les médiums, des détectives privés

La famille du commerçant suisse enlevé au Mexique en décembre 2010 envisage de faire appel à une agence de détectives américaine spécialisée dans la recherche de disparus.

par
reb
Olivier Tschumi a été enlevé le 19 décembre 2010, à une centaine de kilomètres de Mexico.

Olivier Tschumi a été enlevé le 19 décembre 2010, à une centaine de kilomètres de Mexico.

La piste éventuelle que les investigateurs privés pourraient suivre, selon la soeur de l'intéressé, serait basée sur «la même vision» du Suisss que deux médiums, l'un en Valais et l'autre au Mexique, ont eu.

Le commerçant bernois avait été enlevé le 19 décembre à Cuernavaca, ville touristique à 90 km de Mexico où il résidait depuis près de 20 ans. Sa famille avait payé le lendemain une rançon de 10'000 dollars. Elle est sans nouvelle des ravisseurs depuis.

Les proches de ce Suisse, qui «aura ou aurait eu» 50 ans mercredi, se sont réunis lundi pour faire le point des actions entreprises jusqu'ici pour le retrouver.

«Nous sommes arrivés à la conclusion qu'on ne peut plus entreprendre grand-chose, si ce n'est faire appel à une agence américaine spécialisée dans ce genre d'affaires et qui travaille aussi sur le Mexique», a indiqué mardi à l'ats la soeur du Jurassien bernois.

Médiums

«Nous l'avons contactée et attendons des indications précises de sa part, notamment sur ses tarifs et le temps qu'il lui faudrait», a- t-elle précisé. Selon de premières informations, les honoraires de l'agence atteindraient 1500 dollars par jour, soit un coût relativement prohibitif. Une autre possibilité serait d'engager un privé sur place.

Piste éventuelle à creuser, le témoignage de deux médiums qui ont eu «la même vision» du disparu, selon sa soeur. Celle-ci n'a pas souhaité préciser la nature de cette vision. «Si elle est confirmée par un troisième médium, ça pourrait être un élément pour de nouvelles recherches».

La famille a au total été en contact avec 14 médiums, au Mexique, en France et en Suisse. «Six le voient morts, les autres le voient vivant».

Du côté de la police mexicaine, la famille n'a plus d'informations et «doute qu'une enquête ait encore lieu». Trois suspects arrêtés ce printemps en relation avec l'enlèvement ont été libérés. «C'est le petchi total», estime la soeur.

DFAE: moyens limités

Les proches sont en contact avec le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), dont l'ambassade à Mexico «traite ce dossier de manière prioritaire», selon le DFAE. Ses moyens d'action sont toutefois limités, «les représentations suisses n'étant pas habilitées à mener des enquêtes de police, ni à s'immiscer dans une procédure judiciaire locale».

Selon la soeur, le DFAE a lui-même indiqué à la famille la possibilité d'enquêtes parallèles, à ses frais.

Une rançon qui ne paie pas

Olivier Tschumi s’est fait kidnapper le 19 décembre 2010, alors qu’il faisait son footing avec ses deux chiens, à proximité du son domicile de Cuernavaca, une ville située à une petite centaine de kilomètres de Mexico. Cela faisait plus de vingt ans que ce Suisse exerçant le commerce de montres était établi au Mexique. Une rançon de 10 000 dollars a été versée à ses ravisseurs le lendemain de son rapt. Mais en vain. Depuis, la famille d’Olivier reste sans nouvelles. Le disparu aurait dû fêter ses 50 ans demain.

Ton opinion