Actualisé 26.09.2018 à 16:37

Harcèlement

«Après #MeToo, le curseur de l'admissible a bougé»

Un fascicule de 68 pages ayant pour but de «déconstruire les stéréotypes» sera distribué progressivement dans le canton.

de
jef
Le guide de 68 pages contient plusieurs exemples concrets.

Le guide de 68 pages contient plusieurs exemples concrets.

dr

Antonio Hodgers, président Vert du gouvernement genevois, a présenté mercredi un guide contre le sexisme, destiné aux professionnels de l'éducation – enseignants, animateurs, travailleurs sociaux. «Après le phénomène #MeToo, le curseur de l'admissible a bougé et le Conseil d'Etat tente d'accompagner ce mouvement.» La brochure, via plusieurs exemples concrets, répertorie de nombreuses situations problématiques. «Son but est de donner aux enseignants les moyens de lutter contre les stéréotypes et les actes de violence, qui proviennent souvent de réflexes inconscients», a détaillé la conseillère d'Etat PLR Nathalie Fontanet.

«Fais pas ta fillette»

Une conseillère sociale qui, lors d'un entretien, demande à un élève s'il a une copine, le décourageant de parler de son homosexualité; un élève qui dit «fais pas ta fillette» à un camarade à la peine lors d'un cours de gymnastique; une élève ayant oublié de brancher son ordinateur qui lâche «j'ai encore fait ma blonde»; deux jeunes gens qui parlent d'une fille, l'un la trouvant «bonne», l'autre ayant décidé de «se la faire». Le guide donne nombres d'exemples dans lesquels les adultes sont invités soit à se questionner et à adapter leurs comportements, soit à réagir et ne pas laisser dire.

«C'est pendant l'enfance que se forgent les personnalités, observe Nathalie Fontanet. C'est en prenant le problème à la racine que les changements sont profonds et durables. C'est en agissant auprès des jeunes que l'on arrive à déconstruire ces comportements et ces réflexes.»

«Mieux armer les adultes»

Ce guide ne sera pas distribué à tous les collaborateurs de l'Etat travaillant avec des jeunes et des enfants, afin d'éviter le syndrome du document venu d'en haut que l'on enfouit dans un tiroir, explique Antonio Hodgers. «Il s'agit de créer des événements autour plutôt que d'arroser. Ce guide servira d'abord dans les formations continues.» Son collègue socialiste Thierry Apothéloz abonde. «Cette brochure n'est évidemment pas magique. Elle ne va pas tout régler, mais elle doit servir de support à la discussion, armer un peu mieux les adultes dans leurs rapports avec les jeunes. Je souhaite qu'elle aille prioritairement aux animateurs des maisons de quartier et aux travailleurs sociaux hors murs.»

Projet de loi en gestation

Le Conseil d'Etat souhaite mener sa lutte contre le sexisme en trois temps, explique par ailleurs Nathalie Fontanet. D'abord en ciblant les professionnels, via ce guide. Puis en s'adressant aux parents. En dernier lieu, des actions visant directement les jeunes seront élaborées. L'élue PLR, notamment chargée du Bureau de l'égalité, indique en outre qu'un projet de loi sur le sexisme et l'égalité est en cours de préparation dans son département. Il sera présenté dans les semaines à venir au Conseil d'Etat, puis au Parlement.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!