îles Salomon – Après une prise d’assaut du Parlement, le couvre-feu
Publié

îles SalomonAprès une prise d’assaut du Parlement, le couvre-feu

Mercredi, des manifestants ont tenté de prendre le Parlement dans la capitale des îles Salomon. Un couvre-feu a été instauré.

La police a dû utiliser des gaz lacrymogènes.

La police a dû utiliser des gaz lacrymogènes.

AFP

Un couvre-feu a été instauré mercredi, dans la capitale des îles Salomon, après une tentative de prise d’assaut du Parlement par des manifestants, a annoncé la police de cet archipel du Pacifique. Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène sur les manifestants qui avaient mis le feu à des bâtiments, brûlant en partie un poste de police situé près du Parlement, a précisé un porte-parole de la police.

Il n’était cependant pas en mesure de confirmer si la manifestation était une tentative ratée de renverser le Premier ministre, Manasseh Sogavare. «Une foule s’est rassemblée en face du Parlement, je ne sais pas exactement combien (ils étaient) mais c’était une immense foule», a-t-il déclaré à l’AFP.

Indépendantes depuis 1978

Canberra a recommandé aux ressortissants australiens présents dans la capitale des îles Salomon de se montrer prudents. Des manifestants venus de l’île voisine de Malaita auraient pris part à ces violences pour protester contre la décision, en 2019, de transférer sa reconnaissance diplomatique de Taïwan à la Chine.

Les Salomon avaient choisi de reconnaître Taïwan en 1983 et beaucoup d’habitants de Malaita entretenaient des relations étroites avec Taipei. Le gouvernement de cette île a régulièrement reproché à Honiara de s’être ainsi rapproché de Pékin.

Les Salomon, indépendantes de la Grande-Bretagne depuis 1978, avaient sombré dans des violences interethniques au début des années 2000. De nouvelles tensions avaient entraîné le déploiement entre 2003 et 2013 d’une force de paix dirigée par l’Australie.

(AFP)

Ton opinion

1 commentaire