Actualisé 04.08.2009 à 11:07

premier semestreArbonia-Forster essuie une perte sévère

L'équipementier en bâtiment thurgovien Arbonia- Forster (AFG) a essuyé au 1er semestre une perte sévère de 23,3 millions de francs, contre un bénéfice de 19,1 millions un an plus tôt.

Son chiffre d'affaires, miné par la crise, a reculé de 16,4% à 626,4 millions.

Au niveau opérationnel (EBIT), le groupe a également plongé dans les chiffres rouges avec une perte de 12 millions de francs, à comparer à un bénéfice de 37,8 millions au 1er semestre 2008.

AFG relève mardi que ce résultat inclut un amortissement à hauteur de 15,5 millions de francs du goodwill de la société britannique Aqualux acquise en 2007 pour 51,9 millions de francs. Hormis cet élément exceptionnel, le résultat EBIT est resté positif, à 3,5 millions.

Les résultats obtenus sont «en-deça des attentes», mais reflètent «les conditions de marché extrêmement difficiles desquelles les divisions technologiques (du groupe) fortement orientées vers l'exportation sont en particulier tributaires», a expliqué le président et délégué du conseil d'administration Edgar Oehler.

Toutes les divisions touchées

Toutes les divisions ont à des degrés divers souffert de reculs de ventes. Alors que le marché suisse a plus ou moins stagné, et que le second marché domestique qu'est l'Allemagne a montré une régression selon les produits, la demande en Europe de l'Est - notamment en Russie, Pologne et Slovaquie - s'est effondrée sur un large front, relève AFG.

Dans le détail, la division Technique de chauffage et sanitaires (42,1% du c.a total) a vu son chiffre d'affaires chuter de 17,3% à 264,5 millions de francs. Celui de la division Cuisines et réfrigération (19,1% du c.a.total) a reculé de 8% à 120,1 millions, et celui de la division Fenêtres et portes (25,1% du c.a. total) de 2,6% à 157,9 millions.

Les plus petites divisions ont encore plus souffert. Celle des Techniques du traitement de l'acier (9,6% du c.a. total) a vu ses ventes plonger de 32,9% sur un an à 60,3 millions de france, et celle des Technologies de surface (4,1% du c.a. total) de 47,6% à 25,8 millions.

Restructuration et dividende nul

AFG ne prévoit «aucune amélioration durable de la demande de la demande avant 2011». Il mène actuellement un programme de remaniement des structures et des ressources visant des réductions de coûts annuelles de quelque 150 millions de francs, qui passe par une réduction des effectifs à l'échelle mondiale de l'ordre de 10%. Au premier semestre 2008, le groupe employait encore quelque 6134 personnes, un effectif déjà réduit à 5847.

Bien que le second semestre est traditionnellement plus fort que le premier, le groupe «ne pense plus pouvoir rattraper le retard du premier semestre». Il annonce «qu'il ne faut pas s'attendre à un versement de dividendes pour l'exercice en cours».

La Bourse sanctionne

La perspective d'un dividende nul et des prévisions peu engageantes à moyen terme ont fait plonger l'action AFG à la Bourse suisse de 8,2% peu après l'ouverture de la séance, à 16,80 francs. Le premier effroi passé, l'action - momentanément suspendue de cotation - se remettait toutefois en large partie et vers 11h00 ne cédait plus que 2,5% à 17,85 francs, dans un marché SPI lui-même en repli de 0,5%.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!