LAUSANNE: Archive: «Les artistes sont devenus des esclaves»

Actualisé

LAUSANNEArchive: «Les artistes sont devenus des esclaves»

Attendu comme le Messie aux Docks ce soir (le concert est complet), Archive reviendra à la Salle Métropole le 30 janvier.

par
Myriam Genier

Les Britanniques présenteront leur album «Controlling Crowds», sorti en mars. Rencontre avec Pollard Berrier, Darius Keeler et Danny Griffiths.

20 minutes: Comment décririez-vous cet album?

Pollard  Il est très varié, avec des émotions différentes.

Darius  C'est la bande-son d'un film qui n'existe pas.

Le rappeur Rosko John est revenu. Vous vous sentez un vrai groupe?

Danny  Plus un collectif. Nous ne savons pas qui participera au prochain album, les musiciens vont probablement changer.

Vraiment?

Dar.  Oui, ils changent toujours, de toute façon (rires)!

Dan.  Dave a un autre groupe, BirdPen, donc il a beaucoup de travail.

La quatrième partie de «Controlling Crowds» sortira le 16 octobre. Pourquoi ne pas avoir fait un double album?

Dar. Ça aurait été trop long, même pour un double. Et la quatrième partie est différente, plus personnelle.

Avez-vous le sentiment d'être «contrôlés» par l'industrie du disque?

Dar.  Nous sommes libres. On ne nous impose rien.

Dan.  Les maisons de disques n'ont plus d'argent. Notre problème, c'est d'en trouver.

Dar.  Ce qui est horrible, c'est que les musiciens sont obligés de faire de la pub pour gagner leur vie. Le rock est un moyen de vendre des objets. Les artistes sont devenus des esclaves parce que les gens ne veulent plus payer la musique.

Ton opinion