Actualisé 13.11.2011 à 10:44

Drame de Saint-LéonardArmée et cantons veulent mieux communiquer

Suite au drame de Saint-Léonard, en Valais, les cantons et l'armée ont décidé d'améliorer leurs échanges d'information.

Après le drame de Saint-Léonard (VS), où un jeune homme de 23 ans a tué son amie de 21 ans avec une arme militaire début novembre, les cantons et l'armée ont décidé d'améliorer leurs échanges d'information. Un groupe de travail a été chargé de proposer des solutions.

Il faut trouver des voies qui permettent «d'optimiser» la communication entre l'armée et la police, a déclaré samedi matin Karin Keller-Sutter, présidente de la Conférence des directeurs cantonaux de justice et police (CCDJP) à la radio alémanique DRS.

Corde raide

Il s'agit notamment de régler à partir de quel moment les cantons devraient avoir l'autorisation de transmettre à l'armée un avis de danger d'atteinte à la sécurité publique. Mais comme dans toute procédure pénale, il faut que la présomption d'innocence soit respectée, «on marche donc sur la corde raide», a poursuivi Mme Keller-Sutter.

Le secrétaire général de la CCDJP Roger Schneeberger estime lui aussi qu'il n'est pas possible de mettre rapidement en place un échange automatique d'information. La loi actuelle ne le permet pas forcément. «Il faudra peut-être une modification de la loi», a dit M. Schneeberger sur les ondes de la DRS.

Eliminer le plus de risques possibles

La Conférence des autorités de poursuite pénale de Suisse (CAPS) se penchera également sur ce thème. Son président Félix Bänziger, procureur général du canton de Soleure, a indiqué à la «SonntagsZeitung» qu'une procédure complète se doit d'éliminer le plus de risques possibles.

Jusqu'à présent, le procureur général fait saisir immédiatement toutes les armes d'un suspect lorsque celui-ci a commis un délit dans lequel une arme a joué un rôle. Cela ne se fait pas forcément en cas de simples menaces, ce qui pourrait changer, a expliqué M.Bänziger.

«Nous pourrions contribuer à sensibiliser à cette problématique les personnes qui mènent les procédures dans l'ensemble de la Suisse et les motiver à accorder plus d'importance au danger des armes militaires», a-t-il ajouté.

Le chef de l'armée André Blattmann part aussi à l'offensive, écrit le «SonntagsZeitung»: «le chef de l'armée est intéressé à un mécanisme systématique, permettant aux autorités cantonales de saisir des armes de soldats, qui pourraient poser un danger pour le reste de la population, dès l'ouverture d'une enquête criminelle», a déclaré le porte-parole de l'armée Daniel Reist au journal dominical.

Canton du Valais actif

Le canton du Valais ne veut pas non plus rester inactif après le drame du vendredi 4 novembre. Jean-Pierre Gross, procureur général valaisan, a indiqué jeudi qu'un groupe de travail a déjà été mis sur pied «pour voir sur quelles bases légales nous pouvons retirer l'arme militaire dans le cas d'une instruction. Une directive pourrait indiquer aux policiers la marche à suivre».

Selon M. Gross, dans l'affaire de St-Léonard, «le séquestre (de l'arme militaire) ne s'imposait pas. Mais s'il avait été ordonné, ça ne m'aurait pas choqué». Le jeune homme de 23 ans avait en effet déjà eu affaire à la justice valaisanne. Son arme militaire n'avait toutefois pas été saisie.

Il avait été inculpé en 2010 pour différentes infractions contre le patrimoine ainsi que pour consommation de stupéfiants. Il avait en outre été condamné en 2008 à une peine pécuniaire avec sursis pour menaces et dommages à la propriété. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!