30.07.2020 à 13:56

BASKETBALL

Arnaud Revaz n’a pas envie de se réveiller

Le jeune joueur valaisan de 20 ans vit un conte de fées. Actuellement en stage avec l’équipe de Suisse, ce grand gaillard de 206 cm va découvrir la prestigieuse université de Maryland.

de
Christian Maillard
Arnaud Revaz vit, lui, une belle  année 2020…

Arnaud Revaz vit, lui, une belle année 2020…

DR

Pour beaucoup, 2020 est une année un peu bizarre, cauchemardesque, à oublier le plus vite possible. Mais pas pour lui. Arnaud Revaz, de Sion, vit à 20 ans un véritable conte de fées où c’est bientôt l’Amérique…
«Je suis un gros passionné de sport qui rêve de vivre de ça», répond ce grand gaillard de 206 cm lorsqu’on lui demande de se présenter. En deux mots, «ça», c’est du basket. Un sport qu’il n’a découvert il y a cinq ans seulement.

À ce moment-là, le Valaisan était un espoir au niveau du décathlon. «Ma spécialité c’était le saut en hauteur, j’avais même été sixième lors d’un championnat de Suisse avec un bond à 170 cm.» Le «colosse» s’était également hissé au 3e rang du lancer du poids de sa catégorie avec un jet à 12,57 m.

Mais c’est par hasard qu’il a finalement lié sa destinée à un ballon orange, en poussant cette porte qui l’a ensuite emmené à endosser le maillot du Sion Basket durant six mois. C’est alors qu’on le conseille de partir pour gravir encore des échelons. Ce «grand» espoir débarque, du coup, au centre de formation de Bourg-en-Bresse où il avait été repéré. Avec sa taille, il ne pouvait pas se cacher…

À Bourg, on m’a pris grâce à mes aptitudes physiques, pas pour mon basket»

Arnaud Revaz, 206 cm

«Je commençais le basket et j’ai tout appris là-bas, admet un Sédunois très reconnaissant. Je me suis présenté et ils m’ont pris grâce à mes aptitudes physiques, pas pour mon basket que je venais de découvrir. Cela a été une chance incroyable pour moi d’être arrivé là-bas et d’y avoir joué pendant quatre ans. Je n’ai pas fini de les remercier.»

Arnaud Revaz sait ce qu’il (se) veut et où il veut aller..

Arnaud Revaz sait ce qu’il (se) veut et où il veut aller..

DR

Lors du dernier championnat, il a présenté une moyenne de 6,7 points, 3,5 rebonds et 0,8 assist. De quoi lui donner des ailes et l’envie de s’envoler pour le Nouveau Monde, comme l’avait fait avant lui Thabo Sefolosha et Clint Capela, passés aussi par la France, par Châlon-sur-Saône précisément. «Je ne les ai jamais rencontrés, sourit Arnaud Revaz. Mais oui, ce sont des modèles pour moi. J’ai envie de réussir comme eux, de suivre leur chemin, de vivre un jour de mon sport. Je me dis que s’ils l’ont fait pourquoi pas moi?» Le garçon qui ne cesse de grandir a de l’ambition.


C’est donc dans la prestigieuse université NCAA-I-de-Maryland, qui évolue dans la très relevée Conférence Big Ten, qu’il va bientôt débarquer. «Cela se trouve à vingt minutes de Washington, se réjouit le Valaisan. Une fois que j’ai été accepté par la NCAA, en prouvant mon amateurisme, entre cinq à six Unis m’ont contacté en fonction de mon profil. Et j’ai choisi cette équipe qui est classée 12e sur 353 aux États-Unis.»

Donald Trump ayant déclaré qu’il pourrait passer bientôt la frontière, le pivot suisse devrait décoller à fin août début septembre, dès le moment où il recevra le feu vert de son ambassade. Du côté de la formation américaine, on se réjouit de l’arrivée de l’Helvète. «Nous sommes très heureux d’accueillir Arnaud dans notre programme», a déclaré l’entraîneur principal Mark Turgeon, sur le site de l’université. Il apportera à notre équipe de nombreuses compétences et une grande polyvalence, lui qui a la capacité de marquer des tirs à trois points, de dribbler, de passer et de marquer avec les deux mains autour du panier. Son talent naturel et son sens du jeu sont des qualités impressionnantes pour quelqu’un qui a appris le jeu à un âge aussi avancé. Il s’est énormément amélioré au cours des dernières années et sera un atout majeur pour notre système lorsqu’il rejoindra notre programme.»

Arnaud Revaz est prêt à prendre de la hauteur…

Arnaud Revaz est prêt à prendre de la hauteur…

DR


De quoi lui mettre plein de fourmis sous ses pieds. Bon élève, il hésite entre la biologie et les langues, mais son choix qui devrait être assez large, n’est pas encore arrêté. «Je me réjouis de passer cette grande porte pour atteindre mon rêve…»

En attendant, de franchir l’Atlantique, Arnaud Revaz se prépare, en stage à… Bormio avec l’équipe de Suisse où sont réunis les espoirs du pays qui formeront bientôt la sélection des moins de 23 ans. Avec plein d’étoiles dans ses yeux. À vrai dire, sur son nuage, il n’a pas envie de se réveiller…

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
0 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé