Mexique: Arrestation d'un maire accusé de racket
Actualisé

MexiqueArrestation d'un maire accusé de racket

Le maire de la ville mexicaine d'Apatzingan a été arrêté pour racket au profit des narcotrafiquants, ont annoncé les autorités régionales.

Depuis janvier 2012, Uriel Chávez obligeait des conseillers municipaux à verser chaque mois 20'000 pesos (1340 francs) pour «appuyer les activités» du cartel des Templiers.

La ville d'Apatzingan, 124'000 habitants, est considérée comme le centre économique de la zone de Tierra Caliente, en proie à la violence des narcotrafiquants. Trois des victimes du racket ont dénoncé le maire, Uriel Chávez, ont précisé les autorités.

Ces conseillers municipaux ont raconté que le maire lui-même les avait conduits à une occasion dans un endroit où ils ont été reçus par des hommes fortement armés. Ils leur ont dit appartenir au groupe criminel mentionné et qu'il était «nécessaire de verser cette somme d'argent pour l'achat d'armement».

Les milices d'autodéfense dénoncent également le maire d'Apatzingan pour ses liens supposés avec le crime organisé. Elles affirment aussi qu'il est un parent direct du chef du cartel des «Chevaliers Templiers», Nazario Moreno, dit «El Chayo», abattu récemment par les forces de sécurité mexicaine.

Le maire a nié les accusations portées contre lui et assuré «avoir les mains propres». Le 5 avril dernier, le numéro deux du gouvernement de l'Etat du Michoacan, Jesus Reyna, membre du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), au pouvoir au niveau fédéral, a été arrêté pour de présumés contacts avec les Templiers. (ats)

Ton opinion