Restaurateurs arrêtés A Zermatt – «C’était un homme libre, maintenant c’est un prisonnier politique»
Publié

Restaurateurs arrêtés À Zermatt«C’était un homme libre, maintenant c’est un prisonnier politique»

Les exploitants d’un restaurant qui ne respectaient pas l’ordre de fermeture ont été arrêtés par la police cantonale, en collaboration avec le Ministère public, ce dimanche.

Samedi, plusieurs groupes de personnes ont voulu démontrer leur solidarité avec le restaurant et se sont réunis devant l’entrée de l’établissement. Parmi la centaine d’opposants aux mesures, il y avait notamment des «sonneurs de cloches» (Freiheitstrychler), ainsi que le mouvement anti-mesures alémanique «Mass-Voll».

Les trois exploitants d’un restaurant qui ne respectaient pas l’ordre de fermeture de leur établissement ont été arrêtés par la Police cantonale valaisanne, en collaboration avec le Ministère public, ce dimanche matin.

Un important dispositif policier a été déployé pour l’occasion. Selon l’opposant aux mesures sanitaires du groupe «Mass Voll» Nicolas Rimoldi, les trois personnes arrêtées sont bien le patron de la Walliserkanne, ainsi que ses parents, également exploitants du restaurant.

«Ils ont fait fi de la décision»

Les autorités cherchent ainsi à mettre un terme au bras de fer qui a opposé le tenancier aux autorités, avec un point culminant samedi quand, malgré les deux fermetures ordonnées par la police et la pose de blocs de béton pour condamner l’entrée, le restaurant avait continué à servir des clients. Une manifestation a même été organisée – et autorisée par la Commune – dans l’après-midi de samedi. En effet, plusieurs groupes de personnes ont voulu démontrer leur solidarité avec le restaurant et se sont réunis devant l’entrée de l’établissement. Parmi la centaine d’opposants aux mesures, il y avait notamment des «sonneurs de cloches» (Freiheitstrychler), ainsi que le mouvement anti-mesures alémanique «Mass-Voll».

1 / 2
Les exploitants du restaurant - malgré l'ordre de fermeture - avaient continué de servir des clients.

Les exploitants du restaurant - malgré l'ordre de fermeture - avaient continué de servir des clients.

DR
Le bar improvisé sur les blocs de béton.

Le bar improvisé sur les blocs de béton.

DR

«Malgré la prévention, le dialogue instauré ainsi que les nombreux rappels à l’ordre, ces restaurateurs poursuivaient leurs activités en faisant fi de la décision de fermeture notifiée ainsi que des mesures de protection sanitaire contre la pandémie en cours. Ce dimanche matin, le restaurant était à nouveau ouvert. Deux clients se trouvaient sur la terrasse», note la police cantonale valaisanne dans un communiqué. Le Ministère public a ouvert une instruction pénale en collaboration avec la Police cantonale.

«Comme par hasard»

«Hier, Ivan était un homme libre. Aujourd’hui, c’est un prisonnier politique du régime. La police valaisanne piétine les droits fondamentaux», a estimé Nicolas Rimoldi sur Twitter. Certains soutiens du restaurateurs s’enquièrent déjà de savoir si une cagnotte a été ouverte pour financer les démarches judiciaires pour sa défense.

Enfin, jamais à court d’imagination, plusieurs internautes qui auraient été intéressés à se rendre à Zermatt pour manifester ont déploré que la ligne ferroviaire entre la plaine et la station était fermée ce weekend, les trains étant remplacés par des bus. Certains n’ont donc pas manqué d’y voir une machination pour empêcher les gens d’aller manifester.

(kaa/ywe)

Ton opinion

723 commentaires