Espagne: Arrestation en Espagne d'un tagueur reconnu
Actualisé

EspagneArrestation en Espagne d'un tagueur reconnu

Artiste pour les uns, vandale pour d'autres, le tagueur espagnol David Sanchez Esteban, connu en Europe et aux Etats-Unis pour ses graffitis, a été arrêté en Espagne.

David Sanchez Esteban était un artiste reconnu dans le milieu du graffiti.

David Sanchez Esteban était un artiste reconnu dans le milieu du graffiti.

La police accuse David Sanchez Esteban, un électricien sans emploi de 31 ans, qui a commencé à peindre depuis 1995 et s'est fait connaître sous le nom de «LOSE», d'être à l'origine de plus de 31.000 euros de dommages dans le métro et les trains de banlieue de Madrid. Arrêté le 28 octobre à Madrid, «il est considéré comme un meneur par les fans de ce type de vandalisme car il a peint la plus longue surface sur des trains en Espagne», explique la police dans un communiqué.

Jusqu'aux trains de Londres

Il est également l'auteur de tags et graffitis sur des trains de Londres, Copenhague, Athènes, New York et ailleurs. David Sanchez Esteban utilisait les réseaux sociaux pour donner rendez-vous à d'autres tagueurs, organiser des opérations sur les trains et filmer des vidéos de ses exploits, selon la police.

Leur tactique: déclencher l'alarme et le freinage d'urgence, et profiter de l'arrêt du train pour taguer à toute vitesse.

Vêtements sombres

Sur une vidéo diffusée mardi par la police, 12 personnes portant des vêtements sombres, le visage dissimulé sous des capuches ou des écharpes, profitent des huit minutes d'arrêt du train en gare pour le couvrir de graffitis, les uns dessinant, les autres peignant le convoi à l'aide de bombes de couleurs différentes.

Dans un entretien accordé en 2009 au site internet spécialisé Aerosol, Sanchez racontait que la première fois qu'il était parvenu à peindre sur un train avait été «l'une des meilleures expériences» de sa vie. «Je me souviens encore de cette sensation de nervosité et de montée d'adrénaline, le tout dans une odeur de peinture», racontait-il. «Cette vie m'a permis d'aller au-delà des frontières de mon quartier et de mon pays, et partout où je vais, il y a toujours quelqu'un qui m'attend, un contact ou un pote».

(ats)

Ton opinion