Actualisé 21.07.2014 à 12:23

Ukraine

Arrêt des combats ordonné autour du lieu du crash

Le président ukrainien Petro Porochenko a demandé à ses forces d'interrompre leurs opérations autour du site du crash du vol MH17, a rapporté l'agence Interfax-Ukraine.

«J'ai donné l'ordre: dans un rayon de 40 km autour du lieu de la tragédie, les militaires ukrainiens doivent incessamment interrompre leurs opérations et s'abstenir d'ouvrir le feu», a dit M. Porochenko en rendant visite à l'ambassadeur de Malaisie.

Un porte-parole du Conseil de sécurité ukrainien a lui déclaré que l'armée n'était pas responsable des explosions qui ont eu lieu lundi dans le centre de Donetsk, ville de l'Est du pays tenue par les séparatistes prorusses.

Les rebelles avaient auparavant déclaré que des chars ukrainiens avaient tenté d'y pénétrer.

Groupe armé évoqué

«(L'armée ukrainienne) travaille à dégager les voies d'accès à la ville, à détruire des points de contrôle tenus par les terroristes», a déclaré le porte-parole du Conseil de sécurité ukrainien. «S'il y a des explosions dans le centre de la ville, alors elles ne sont pas l'oeuvre de soldats ukrainiens», a-t-il ajouté.

«Nous avons reçu l'ordre strict de ne pas recourir à des frappes aériennes ni à des tirs d'artillerie dans la ville même», a souligné le porte-parole.

«S'il y a des combats dans la ville, les autorités ukrainiennes disposent d'informations selon lesquelles un petit groupe armé qui s'est constitué affronterait les terroristes», a-t-il ajouté.

Bombardement d'artillerie dans la zone de la gare de Donetsk

D'intenses tirs d'artillerie ont été déclenchés lundi avant midi dans la zone de la gare de Donetsk, dans un quartier excentré de la grande ville de l'Est, la place forte des séparatistes prorusses, a constaté un journaliste de l'AFP. Les rues du quartier ont été fermées à la circulation par des combattants séparatistes, des civils étaient évacués à bord de minibus des transports en commun et on voyait aussi des groupes d'habitants fuyant à pied.

Un combattant de 19 ans, Volodia, a expliqué à l'AFP que les forces ukrainiennes avaient attaqué vers 10h en progressant depuis l'aéroport. «Ils sont arrivés à environ deux kilomètres de la gare», a-t-il dit. Un photographe de l'AFP arrivé à la gare, qui semblait intacte, a observé une colonne de fumée noire près de l'aéroport, et une autre entre l'aéroport et la gare. Près de la gare, une demi-douzaine de départs de mortier ont été entendus.

L'est de l'Ukraine est déchiré depuis plus de trois mois par un conflit armé entre les séparatistes prorusses et les autorités de Kiev, qui accusent Moscou de soutenir les rebelles. (ats)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!