Actualisé 17.12.2019 à 22:15

ZurichArrêté pour avoir tabassé un supporter sans défense

Après les scènes d'une rare violence, entre hooligans du FC Zurich et de Grasshopper, survenues en février 2018 à Zurich, la police a mis la main sur le principal protagoniste recherché.

Il a passé 50 jours en détention avant de reconnaître qu'il était l'auteur des faits qu'on lui reprochait. Un jeune homme a avoué avoir donné des coups de pied et battu un fan de Grasshopper (GC) sans défense et qui se trouvait déjà au sol. Recherché depuis les faits qui remontent à février 2018, les inspecteurs de la police zurichoise ont fini par identifier l'individu en septembre dernier. Il a été arrêté à son domicile sur demande du Ministère public, relève «20 Minuten».

Le suspect interpellé, âgé de 24 ans, est membre d'un groupe de supporters du FC Zurich (FCZ). Il est accusé d'être l'auteur principal de l'attaque contre ce fan du camp adverse. Pendant l'interrogatoire de la police, il s'est borné à nier les faits. C'est finalement le 5 décembre dernier, lors de l'audience au tribunal, que le jeune homme a fini par avouer son crime. L'homme a été remis en liberté dans l'attente de son procès. Selon «20 Minuten», il doit s'attendre à écoper d'une peine de prison ferme.

Rappel des faits

Le 28 février 2018, les hooligans de GC et du FCZ s'étaient affrontés en ville de Zurich à l'occasion d'une demi-finale de Coupe de Suisse. C'est dans le quartier de la Prime Tower que des inconnus, vraisemblablement fans du FCZ, avaient agressé des supporters de GC. Les assaillants avaient fui après l'attaque, si bien que lorsque la police municipale était arrivée, il n'y avait plus personne sur place, et donc plus de blessés.

Une enquête avait été ouverte et la police avait publié des vidéos des heurts afin de trouver des témoins et d'identifier un maximum d'individus.

Hooligans à Zurich

Fin février 2018, des fans de GC et du FCZ se sont violemment attaqués à Zurich. La polic cherche des témoins.

(20 minutes)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!