Actualisé 25.06.2019 à 05:30

Etats-Unis

Arrêtée après avoir rendu les armes de son mari

Une femme en instance de divorce s'est emparé des armes de son mari violent pour les remettre à la police. Elle a été arrêtée pour cambriolage.

La police avait ordonné à l'époux de remettre ses armes à la police. Son épouse victime de violences a pris les devants.

La police avait ordonné à l'époux de remettre ses armes à la police. Son épouse victime de violences a pris les devants.

Polk County Sheriff's Office

Une Américaine, qui s'est emparée au domicile de son mari violent de ses armes pour les remettre à la police, a été arrêtée puis inculpée pour vol. Son interpellation a suscité de vives critiques aux Etats-Unis.

La femme de 32 ans s'était présentée le 15 juin à un commissariat de Floride pour remettre les armes de son mari, par peur qu'il ne les utilise contre elle ou leurs deux enfants. La veille, à l'issue d'une réunion en vue de leur divorce, il avait été arrêté après avoir tenté d'emboutir le véhicule de sa femme, a rapporté le journal local Lakeland Ledger.

Il avait rapidement été remis en liberté sous caution, à condition de remettre ses armes à la police. Son épouse, convaincue qu'il ne se plierait pas à cette injonction, s'était alors introduite à son domicile pour s'en charger elle-même.

Plainte du mari

Mais une fois au commissariat, la police avait contacté son époux, qui avait décidé de porter plainte contre elle pour cambriolage. Elle avait été immédiatement écrouée et a passé six nuits en détention.

Lundi, une élue de Floride, Anna Eskamani, a écrit au procureur local pour lui demander d'abandonner les poursuites «honteuses». La juger «créerait un dangereux précédent pour celles qui essaient d'échapper aux violences domestiques», a-t-elle noté, en soulignant qu'aux Etats-Unis la présence d'armes à feu dans les situations de violences conjugales multipliait par cinq le risque d'homicide.

Des partisans d'un meilleur contrôle des armes à feu ont apporté leur soutien à la prévenue. Une collecte de fonds a été lancée sur Internet pour l'aider à couvrir ses frais juridiques. (nxp/ats)

(NewsXpress)
Trouvé des erreurs?Dites-nous où!