Canicule à l'armée: «Arrêtez de vous plaindre, chez nous c'est bien pire!»
Actualisé

Canicule à l'armée«Arrêtez de vous plaindre, chez nous c'est bien pire!»

L'école de recrues d'été a commencé lundi - à des températures pouvant atteindre 39 degrés. Les recrues racontent comment elles gèrent la chaleur et donnent même quelques astuces.

par
mm/vsm
1 / 8
C'est cette semaine qu'a commencé l'école de recrue d'été.

C'est cette semaine qu'a commencé l'école de recrue d'été.

Keystone/Gaetan Bally
Les températures sont allées jusqu'à 39 degrés.

Les températures sont allées jusqu'à 39 degrés.

Jakob Gruber
«Nous n'avons pas plus de pauses, mais nous pouvons passer du temps à l'ombre. Et on nous permet de boire beaucoup», explique Severin, jeune recrue.

«Nous n'avons pas plus de pauses, mais nous pouvons passer du temps à l'ombre. Et on nous permet de boire beaucoup», explique Severin, jeune recrue.

Keystone/Manuel Lopez

Cette semaine, la chaleur ne s'est pas fait prier. Alors que beaucoup tentaient de se rafraîchir au bord de l'eau ou à l'aide d'une crème glacée, les recrues, elles, n'en pouvaient plus de transpirer. Nous leur avons demandé comment elles défiaient la chaleur et pour quelles stratégies de survie elles avaient opté.

Deux personnes sont déshydratées à l'hôpital

«Nous n'avons pas plus de pauses, mais nous pouvons passer du temps à l'ombre. Et on nous permet de boire beaucoup», explique Severin, jeune recrue. En raison des températures élevées de vendredi, tout le monde devrait retirer sa veste de camouflage. Il fait trop chaud dans les chambres. «Jusqu'à présent, deux personnes ont été conduites à l'hôpital parce qu'elles sont déshydratées», ajoute-elle.

Une autre recrue confirme avoir été en mesure de retirer les tenues de camouflage depuis mercredi. «Tout le monde se munit de bouteilles. Mais rien n'y fait, on a toujours l'impression d'être dans un sauna».

«Portez toujours une casquette»

La recrue Lorena conseille: «c'est important d'avoir une gourde toujours à portée de main et ça incite à boire régulièrement. Dans la mesure du possible, restez à l'ombre, portez une casquette ou demandez à être allégés au niveau des vêtements».

Le Rafale testé par l'armée suisse à Payerne

Mardi, le Rafale du fabricant français Dassault a été présenté aux médias à Payerne (VD). Cet avion est le troisième des cinq qui sont en phase de tests par l'armée suisse pour remplacer les Tiger et les F/A-18.

Markus quant à lui prend la chose avec humour: «Je suis vraiment impatient de l'exercice dans le C-Vollschutz et je suis impatient de faire de longues marches avec le sac plein et affronter cette saleté de chaleur. Ce qui ne me tue pas me rend plus fort».

Des glaçons à gogo

«Ils ont commencé à servir des glaçons pour le déjeuner», explique Sebastian. Pas pour les mettre dans sa boisson, non. Mais pour les lécher et les mordre. Selon le commandant, cela aide à lutter contre la chaleur.

«Les citoyens ordinaires ne devraient pas se plaindre autant. Nous sommes dans une situation bien pire ici!» ajoute un jeune homme.

«De gros efforts déployés»

L'armée a pris des mesures contre la chaleur, déclare Stefan Hofer: «De gros efforts sont déployés tôt le matin ou tard le soir.» En outre, les recrues sont encouragées à boire beaucoup. Les gourdes sont autorisées et la durée des pauses est adaptée à l'effort physique. Finalement, les exercices ont lieu autant que possible à l'ombre ou dans des bâtiments», précise le membre UDC bernois du Grand Conseil.

Entrée en douceur dans le quotidien militaire

Hofer se réfère également au projet Progress, en cours d'exécution depuis un certain temps: «Nous prenons en compte le fait que les recrues n'ont aucune expérience dans le milieu de l'armée. Nous commençons donc doucement et ne les fatiguons pas dès le premier jour. Par exemple, il n'y a pas de marche la première semaine» explique Stefan Hofer.

Cependant, qu'il n'y aurait pas d'ajustements majeurs concernant le programme. «En fin de compte, l'armée a une mission qu'elle doit remplir. En cas de nécessité, la météo n'a strictement aucune importance», conclut le politique.

Ton opinion