Asile: Suisse plus dure que l'Europe

Actualisé

Asile: Suisse plus dure que l'Europe

La loi sur l'asile soumise aux Suisses le 24 septembre va bien plus loin que celle des pays voisins.

Il est toutefois difficile de comparer les pays, car ils sont en train d'adapter leurs lois aux nouvelles dispositions européennes. Contrairement à la Suisse, en Allemagne, en Autriche et en Suède, les requérants reçoivent en règle générale la même aide sociale une fois déboutés que durant leur procédure de demande d'asile.

En France, de tels subsides ne sont pas requis par la loi, mais ils continuent en partie à être versés, selon une comparaison de l'Office fédéral des migrations (ODM). En ce qui concerne les papiers d'identité, la Belgique n'accepte que le passeport ou la carte d'identité. Les autres pays reconnaissent aussi d'autres documents.

Le demandeur d'asile doit présenter des papiers d'identité dans un délai de 48 heures aux Pays-Bas – comme en Suisse –, de 72 heures en Grande-Bretagne et de 21 jours en France. Seuls les Pays-Bas soumettent automatiquement à une procédure accélérée tous les demandeurs d'asile qui ne présentent pas de papiers.

D'après un sondage, une majorité de Suisses se disent favorables au durcissement de la loi: 43% des personnes interrogées sont pour, 30% sont contre et 27% sont indécises, selon le sondage d'Isopublic commandé par Le Matin dimanche et par SonntagsBlick. Les Romands sont plus sceptiques, avec 34% de oui, contre 48% d'avis favorables chez les Alémaniques.

(ats)

Ton opinion