Actualisé 03.12.2014 à 14:32

Syrie

Assad: «les frappes contre l'EI sont inefficaces»

Les frappes aériennes en Syrie de la coalition contre l'Etat islamique (EI) sont inefficaces, estime le président syrien Bachar al-Assad dans un entretien au magazine français «Paris-Match».

«On ne peut pas mettre fin au terrorisme par des frappes aériennes», fustige mercredi le président syrien Bachar al-Assad. Dans un entretien accordé au magazine français «Paris-Match», il estime que les frappes contre l'EI sont «inefficaces».

Ces interventions aériennes «nous auraient certainement aidés si elles étaient sérieuses. C'est nous qui menons les combats terrestres contre Daesh (acronyme arabe de l'Etat islamique), et nous n'avons constaté aucun changement, surtout que la Turquie apporte toujours un soutien direct dans ces régions», souligne Bachar al-Assad.

«Des forces terrestres qui connaissent la géographie et agissent en même temps sont indispensables. C'est la raison pour laquelle il n'y a pas eu de résultats réels après deux mois des campagnes menées par la coalition», ajoute le président syrien.

Le capitaine pense à sauver des vies

Interrogé sur la chute et la mort brutales de Saddam Hussein et de Mouammar Kadhafi, Bachar al-Assad fait aussi valoir que «le capitaine ne pense pas à la mort, ni à la vie, il pense à sauver son navire». Son «but n'est pas de rester président, ni avant, ni pendant, ni après la crise», dit-il. «Mais quoiqu'il arrive, nous autres Syriens, n'accepterons jamais que notre pays devienne un jouet entre les mains de l'Occident. C'est un principe fondamental pour nous».

Il ironise enfin sur l'impopularité de François Hollande, qu'il ne «connaît même pas». «Je ne suis ni l'ennemi personnel ni le rival de M. Hollande. Je pense que c'est plutôt Daech qui est son rival, puisque leurs cotes de popularité sont très proches», affirme-t-il. Selon lui, l'exécutif français actuel «oeuvre à l'encontre des intérêts (du peuple syrien) et de ceux du peuple français». (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!