Actualisé 14.03.2017 à 07:28

SyrieAssad veut «en finir avec les extrémistes»

Alors que le conflit entre dans sa septième année, le président syrien déclare qu'il est encore trop tôt pour parler de politique.

L'avenir de la Syrie ne sera décidé qu'après «en avoir fini avec les extrémistes» et réalisé une réconciliation nationale, a affirmé le président Bachar el-Assad dans un entretien publié lundi, à la veille d'un nouveau round de négociations.

Un «luxe» de parler politique

Alors que la guerre entre cette semaine dans sa septième année, le président syrien a déclaré aux journalistes qu'il était «encore tôt pour parler de» sa vision de l'avenir de la Syrie.

«Ce serait un luxe que de parler maintenant de politique alors qu'on risque d'être tué peut-être dans quelques minutes, qu'on a des attaques terroristes», a-t-il dit à un groupe de journalistes occidentaux, selon l'agence officielle Sana.

«Donc la priorité maintenant, est d'en finir avec les extrémistes. La réconciliation politique dans les différentes régions est elle aussi une autre priorité», a-t-il ajouté. «Quand on aura réalisé ces deux choses, on pourra discuter de tout ce que vous voulez.»

Conflit complexe

Les propos du président syrien surviennent alors que la guerre civile déclenchée par la répression sanglante de manifestations pro-démocratie boucle mercredi sa 6e année.

Le conflit s'est depuis complexifié avec l'implication et l'intervention de plusieurs forces locales et étrangères faisant plus de 320'000 morts et déplaçant plus de la moitié de la population.

Un nouveau round de pourparlers en vue d'un règlement doit commencer mardi à Astana, la capitale du Kazakhstan, sous le parrainage de la Russie et la Turquie tandis que les pourparlers organisés par l'ONU doivent reprendre le 23 mars à Genève.

Six ans de guerre à Alep

(nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!