Justice – Assaillant d’un train de supporter, un hooligan débouté par la Cour suprême
Publié

JusticeAssaillant d’un train de supporter, un hooligan débouté par la Cour suprême

Un homme, qui faisait partie des assaillants d’un train de supporters de YB a été identifié grâce à des photos. Il a été condamné en première instance mais a fait recours. Son amende a été diminuée.

Des fans du FCZ avaient attaqué un train de supporters d’YB en août 2017.

Des fans du FCZ avaient attaqué un train de supporters d’YB en août 2017.

Manuel Zingg / Der Bund

Le 19 août 2017, vers 17 heures, en gare d’Herzogenbuchsee (AG), une vingtaine de supporters du FC Zurich (FCZ), encagoulés, ont pris d’assaut un train spécial rempli de fans de Young Boys (YB). Les assaillants ont couru sur les voies, ont ouvert les portes du train qui était au départ. Ils ont matraqué un agent de train, donné un coup de poing à un responsable des supporters bernois, brisé une vitre et diffusé du spray au poivre dans le wagon. Le tout n’a duré que quelques minutes.

Recours

Moins d’une demi-heure plus tard, quelques-uns de ces agresseurs ont été observés sur une aire d’autoroute à Kölliken Sud. Lorsque la police est arrivée sur place, ils avaient filé, mais les images de vidéosurveillance du site ont été récupérées. Grâce à ces clichés, six suspects ont pu être identifiés. En 2019, la police a diffusé des photos et une autre personne a pu être identifiée.

En juillet 2020, quatre hooligans zurichois ont dû répondre de leurs actes devant le tribunal régional d’Emmental-Oberaargau. Un prévenu a été acquitté et les trois autres ont été condamnés à des peines avec sursis allant jusqu’à 16’900 francs pour violence envers l’autorité et les fonctionnaires, violation de l’ordre public «en bande organisée». Or, un des condamnés a fait appel et la Cour suprême a confirmé le principe de la condamnation mais a réduit les amendes, rapporte le «Berner-Zeitung.»

Photos pas nettes

L’avocat du hooligan a tenté de faire acquitter son client de deux manières. D’une part il a argumenté que les photos ne devaient pas être utilisées. Il n’était pas clair qui avait pris ces photos et comment elles avaient été prises. D’autre part, son client n’était pas parfaitement identifiable sur ces clichés. Pour le tribunal, les photos prises par un passager du train sont utilisables. Elles ont été prises dans l’espace public et clairement documentées.

De plus l’intérêt public pour élucider l’incident est élevé. Bien que la police municipale de Zurich ait indiqué qu’elle n’était pas sûre à 100% en ce qui concerne les identifications, il est clair que l’accusé a participé à la razzia d’Herzogenbuchsee. De plus, le prévenu n’est pas un inconnu de la justice. En juillet 2017, il a été condamné à une peine pécuniaire pour lésions corporelles simples. Un an plus tôt, il avait donné un coup de tibia au visage d’un supporter de GC, lors d’une attaque de supporters du FCZ. Le jugement peut encore faire l’objet d’un recours au Tribunal fédéral.

(jbm)

Ton opinion