Wikileaks: Assange fait état de menaces de mort contre lui

Actualisé

WikileaksAssange fait état de menaces de mort contre lui

Le fondateur du site Wikileaks a annoncé vendredi qu'il était sous le coup de «menaces de mort». Son équipe a renforcé les mesures de sécurité.

L'Australien, ici lors de son passage à Genève début novembre, est un homme traqué.

L'Australien, ici lors de son passage à Genève début novembre, est un homme traqué.

Le fondateur du site WikiLeaks, Julian Assange, a fait état vendredi dans un forum en ligne de «menaces de mort» à son encontre qui ont conduit son équipe à prendre des mesures de sécurité renforcées.

«Les menaces de mort à notre encontre sont de notoriété publique. Mais nous prenons les précautions appropriées dans la limite de ce que nous sommes capables de faire face à une super puissance», a expliqué M. Assange lors d'échanges par écrit avec les utilisateurs du site du quotidien britannique «The Guardian».

Un mandat d'arrêt d'Interpol

Julian Assange est recherché par la Suède et visé par un mandat d'arrêt d'Interpol dans le cadre d'une enquête pour «viol et agression sexuelle» en 2008 en Suède.

Sa traque coïncide avec la publication par WikiLeaks -le site internet spécialisé dans la publication de document secrets dont il est le fondateur- de milliers de notes diplomatiques américaines.

Pour les nombreux Etats embarrassés par les révélations de WikiLeaks, Julian Assange et son site font désormais figure d'ennemi public numéro 1.

«Wikileaks a un rôle mondial»

«J'ai toujours considéré que WikiLeaks était appelé à joué un rôle mondial», a fait valoir le responsable du site créé en 2007. «Je pensais qu'il faudrait deux années et non quatre pour que la reconnaissance de ce rôle soit acquise. Nous sommes donc un peu en retard sur ce calendrier et avons donc encore beaucoup de travail devant nous», a-t-il poursuivi.

Le fondateur de WuikiLeaks a également assuré que certains des mémos actuellement en possession du site faisaient référence à la vie extraterrestre, sans fournir d'autres précisions.

«Il faut noter que dans une partie des archives que nous n'avons pas encore publiées, il est fait référence aux Ovnis», a-t-il écrit, en réponse à une question sur ce sujet.

Nouvelles cyber-attaques

Victime de nouvelles cyber-attaques, WikiLeaks a trouvé refuge vendredi en Suisse alors que Washington cherche à stopper ces fuites qui, selon Moscou, «montrent le cynisme» de sa diplomatie.

L'avocat londonien de WikiLeaks, Mark Stephens, a déclaré à l'AFP que «quelqu'un, probablement un acteur étatique, a pris le contrôle de centaines de milliers d'ordinateurs vulnérables dans le monde, et les fait tous se connecter simultanément» au site afin de le mettre en panne.

Selon lui, ces tentatives «sophistiquées» font partie d'un plan plus général visant à réduire au silence son fondateur, Julian Assange.

L'Australien de 39 ans se trouverait selon plusieurs médias britanniques en Angleterre. Selon son avocat, qui ne confirme pas cette information, la police britannique et les autorités suédoises ont les moyens de le joindre depuis plusieurs semaines. (afp)

Ton opinion