Afghanistan: Assassinat d’un journaliste afghan
Publié

AfghanistanAssassinat d’un journaliste afghan

Besmullah Adel Aimaq, rédacteur en chef de la radio Voice of Ghor a été tué par balles. Il s’agit du cinquième assassinat contre un journaliste ou un employé de médias en deux mois.

Procession funéraire du journaliste afghan Rahmatullah Nekzad, assassiné le 21 décembre dernier.

Procession funéraire du journaliste afghan Rahmatullah Nekzad, assassiné le 21 décembre dernier.

AFP

Un journaliste de radio afghan a été tué par balles dans une embuscade vendredi dans la province de Ghor (centre-ouest de l’Afghanistan), ont indiqué les autorités. Il s’agit du cinquième journaliste ou employé de médias assassiné en deux mois.

Besmullah Adel Aimaq, rédacteur en chef de la radio Voice of Ghor, a été abattu alors qu’il se rendait en voiture à Firoz Koh, capitale de la province de Ghor, selon le porte-parole du gouverneur de la province, Aref Aber.

Le Comité pour la protection des journalistes afghans (AJSC) a confirmé cet assassinat, qui n’a pas encore été revendiqué. Agé d’un peu moins d’une trentaine d’années, il était marié, et avait échappé à deux tentatives d’assassinat ces trois derniers mois.

Ciblé depuis deux mois

En novembre, des assaillants non-identifiés avaient tiré et jeté une grenade sur sa maison. Un mois plus tôt, son véhicule avait été la cible de tirs à Firoz Koh.

Le 21 décembre, un autre journaliste, Rahmatullah Nekzad, avait été tué à son domicile dans la ville de Ghazni (sud-est), exécuté à l’aide d’une arme de poing équipée d’un silencieux.

Deux combattants talibans, libérés peu auparavant dans le cadre d’une large amnistie négociée entre les insurgés islamistes et le gouvernement qui avaient abouti à la libération de 5000 prisonniers, ont depuis lors été arrêtés et sont soupçonnés du meurtre, ont annoncé jeudi les services de renseignements (NDS).

Attaques ciblées en augmentation

Après leur libération, les deux suspects avaient rejoint à Ghazni les rangs d’un «groupe terroriste» responsable de plusieurs assassinats, selon le NDS. Ils ont avoué le meurtre de Rahmatullah Nekzad, de même que celui d’un juge et de deux fonctionnaires locaux. Les talibans ont démenti toute implication dans le meurtre du journaliste.

Les attaques ciblées visant des personnalités – journalistes, hommes politiques ou religieux, défenseurs des droits de l’homme – ont augmenté ces derniers mois en Afghanistan.

Début décembre c’est une présentatrice de télévision et activiste, Malalai Maiwand, qui avait été tuée par balles avec son chauffeur à Jalalabad (est). Le groupe Etat Islamique avait revendiqué cette attaque.

(AFP)

Ton opinion