Etat islamique: Assaut de l'armée et de ses alliés au sud d'Alep
Actualisé

Etat islamiqueAssaut de l'armée et de ses alliés au sud d'Alep

Les forces syrienne et ses alliés iraniens et libanais, soutenus par des frappes aériennes russes, ont lancé vendredi une large offensive dans le sud d'Alep.

1 / 116
Le chef de l'Etat syrien, Bachar al-Assad, s'exprime pour la première fois sur l'accord de cessez-le-feu, qu'il estime «difficile». (16 février 2016)

Le chef de l'Etat syrien, Bachar al-Assad, s'exprime pour la première fois sur l'accord de cessez-le-feu, qu'il estime «difficile». (16 février 2016)

Keystone
Des tirs de missiles ont «tué près de cinquante civils dont des enfants et fait de nombreux blessés» dans «au moins» cinq établissements médicaux et deux écoles à Alep et Idlib (nord de la Syrie), a annoncé lundi l'ONU. (Lundi 15 février 2016)

Des tirs de missiles ont «tué près de cinquante civils dont des enfants et fait de nombreux blessés» dans «au moins» cinq établissements médicaux et deux écoles à Alep et Idlib (nord de la Syrie), a annoncé lundi l'ONU. (Lundi 15 février 2016)

AFP
Au moins dix-neuf personnes, dont quatre enfants, ont été tuées lundi lors de frappes de l'aviation, vraisemblablement russe, contre un hôpital soutenu par Médecins sans frontières, dans le nord de la Syrie.  Le raid a eu lieu à Hadiyé, une localité au sud de Maaret al-Noomane. (Lundi 15 février 2016)

Au moins dix-neuf personnes, dont quatre enfants, ont été tuées lundi lors de frappes de l'aviation, vraisemblablement russe, contre un hôpital soutenu par Médecins sans frontières, dans le nord de la Syrie. Le raid a eu lieu à Hadiyé, une localité au sud de Maaret al-Noomane. (Lundi 15 février 2016)

kein Anbieter

De violents combats ont éclaté dans la région du Djebel Azzan, à une dizaine de kilomètres au sud d'Alep, la grande ville du nord de la Syrie, divisée entre forces gouvernementales et différents groupes rebelles, rapportent l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) et des sources gouvernementales et militaires syriennes.

La région ciblée par l'armée syrienne et l'aviation russe est située près de l'autoroute qui relie Alep à Damas, a précisé Rami Abdel Rahmane. «L'opération militaire a commencé dans les zones rurales du sud d'Alep», a confirmé une source pro-gouvernementale. Selon la chaîne de télévision Al Mayadine, basée au Liban, l'armée gouvernementale combat sur trois fronts au sud d'Alep.

Depuis le début des frappes russes le 30 septembre, le régime de Bachar al Assad est repassé à l'offensive dans plusieurs régions de l'ouest de la Syrie, d'abord dans les provinces de Lattaquié, Hama et Idleb perdues cet été et plus récemment dans celle de Homs. Dans cette ville, 60 personnes, dont 30 femmes et enfants, ont péri dans les bombardements de jeudi, a déclaré vendredi M. Abdel Rahmane.

«Progrès» russes

La cible officielle de Moscou est l'Etat islamique (EI), mais la plupart des attaques ont visé d'autres groupes rebelles syriens.

Dans ce contexte, Vladimir Poutine a évoqué vendredi des «progrès dans la lutte contre l'Etat islamique». Il a déclaré que Moscou, allié à l'Iran chiite au Proche-Orient, discutait également de «coopération antiterroriste» avec plusieurs pays arabes sunnites et avec Israël.

Le président russe, qui participe au sommet des dirigeants des anciennes républiques soviétiques d'Asie centrale au Kazakhstan, a fait état de discussions avec l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, l'Egypte, la Jordanie et Israël en vue de coordonner la lutte contre le terrorisme.

Vladimir Poutine a par ailleurs annoncé la création d'une force d'intervention commune entre la Russie et ses anciens satellites d'Asie centrale pour défendre les «frontières extérieures» de l'ex-URSS en cas de crise.

Moscou vient également d'établir à Bagdad un centre de renseignement commun avec l'Irak, l'Iran et la Syrie, dont les informations ont déjà servi à mener des frappes aériennes contre l'EI en Irak, selon le gouvernement irakien. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion