Publié

Assurance maladieD’après les médecins, les primes doivent baisser

La Société médicale de la Suisse romande estime que les caisses paieront 2 milliards de francs de moins en 2020 grâce au… coronavirus.

par
Abdoulaye Penda Ndiaye
Les assureurs remboursent moins de prestations et augmentent leurs réserves, selon la Société médicale de la Suisse romande.

Les assureurs remboursent moins de prestations et augmentent leurs réserves, selon la Société médicale de la Suisse romande.

Entre mi-mars et fin avril, à cause de la pandémie, les consultations médicales et interventions chirurgicales non urgentes ont été reportées. Selon la société médicale de la Suisse romande (SMSR), cette situation exceptionnelle va permettre aux caisses maladie de payer environ 2 milliards de francs de moins que ce qu’elles auront perçu en 2020. La faîtière des médecins romands a constaté une baisse d’activité de 62,5% des cabinets durant la période de semi-confinement. Au niveau des hôpitaux suisses, une tendance similaire a été observée. Ce qui a occasionné entre 1,4 et 1,8 milliard de francs de pertes de revenus au premier semestre.

Augmentation des primes plus forte que celle des coûts

«Il y aura plus d’un milliard de francs de prestations non effectuées que les caisses maladie n’auront pas à rembourser en 2020. Au final, il est probable que les coûts à charge de l’assurance obligatoire des soins baisseront d’environ 1,5 à 2,5 milliards en 2020», prévoit Philippe Eggimann, président de la Société médicale de la Suisse romande et de la Société vaudoise de médecine. Pour éviter que les assurés soient pénalisés, la SMSR demande une baisse des primes d’au moins 4% en 2021. «Depuis 2017, les réserves des assureurs ont atteint environ 9 milliards de francs, grâce à une augmentation des primes deux fois plus forte que celle des coûts», dénonce le président de la SMSR. «Cette crise offre la démonstration qu’il devient impératif de fixer les primes d’assurance maladie a posteriori et en toute transparence sur la base des coûts réels de la santé, plutôt que de continuer à le faire de manière anticipée sur la base de prévisions financières toujours pessimistes», analyse Philippe Eggimann.

L’augmentation des primes sur la base de prévisions erronées fait ressentir à la population une hausse des coûts deux fois plus forte qu’elle n’est réellement.

Dr Philippe Eggimann, président de Société médicale de la Suisse romande.

Les assureurs: «Vers une hausse…»

Le son de cloches des assureurs est évidemment différent de celui de la SMSR. «Par rapport à 2019, il n’y a pas de diminution des coûts de la santé au premier semestre 2020. Il faut même s’attendre à une augmentation d’ici à la fin de l’année», affirme Christophe Kaempf, porte-parole de SantéSuisse. Cette structure qui regroupe les assureurs estime que les réserves permettront de faire face aux éventuels surcoûts générés par le coronavirus. Son porte-parole se dit contre la refonte du système de fixation des primes: «Il n’y a pas de raison de changer car ça fonctionne bien».

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
357 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Kiwi

04.09.2020 à 19:51

C vrai ou du fake news? Ça serait un miracle si nos primes s'assurances baissent ‼ j'y crois pas encore

X-Filou

04.09.2020 à 17:27

C'est un complot mondial orchestré par les extra-terrestres pour nous soumettre. Ils savent que l'humain et un gros C et qu'il va s'autodétruire. Après y a plus qu'à venir et s'installer. Moi je les ai déjà vu.

Un assuré malgré lui

04.09.2020 à 12:25

La censure ne me permet pas d'exprimer en terme suffisamment virulent ce que la grande majorité pense de LAMAL et des cher assureur qui se font un fric fou avec ce système qui est une escroquerie sans nom. Cher lecteurs, je vous invite à exprimer dans votre tête tout le bien que vous pensez de cette comédie satirique qui plombe notre budget à chacun d'entre nous....Je vous souhaite à tous une bonne journée.