Suisse - L’assurance militaire s’en est bien sortie en 2020
Publié

SuisseL’assurance militaire s’en est bien sortie en 2020

Malgré la pandémie, l’assurance militaire s’en est bien sortie l’année passée. Le coût total des prestations d’assurance s’est élevé à 173,5 millions.

Le nombre de jours de service a diminué l’an passé en raison de la pandémie.

Le nombre de jours de service a diminué l’an passé en raison de la pandémie.

AFP

En 2020, près de 350’000 jours de service militaire en lien avec la pandémie ont été accomplis au sein de l’armée suisse, selon un communiqué de la Suva, mardi. Le nombre de jours de service effectués par les militaires de milice de l’armée a toutefois diminué de près de 5 % par rapport à l’année précédente. La raison de ce recul réside dans l’annulation ou le report de services d’instruction suite à la pandémie.

Dans l’ensemble, la pandémie de coronavirus n’a eu qu’un faible impact sur les cas et les coûts de l’assurance militaire. Bien que 43’290 nouveaux cas d’accident ou de maladie enregistrés représentent une augmentation de 6 % par rapport à l’année précédente, seuls quelque 2000 d’entre eux ont été ouverts uniquement pour le traitement de tests Covid. Sur près de 9000 nouveaux cas de maladies ordinaires reconnus et enregistrés par la Suva, 162 étaient liés à une infection au Covid-19 (soit 1,8 %).

En 2020, les accidents de sport ont représenté environ 24 % de l’ensemble des accidents enregistrés pour l’effectif total de l’assurance militaire. Près de 36 % des accidents de sport surviennent dans le cadre de sports d’équipe et un peu moins de 24 % dans la pratique de l’athlétisme ou lors des tests physiques de l’armée. D’autres causes fréquentes concernent les chutes et les faux pas (16,9 %).

Bilan positif

L’assurance militaire a tiré un bilan positif de l’année 2020. Le coût total des prestations d’assurance s’est élevé à 173,5 millions de francs, soit une baisse de 2,4 % par rapport à 2019 (177,7 millions de francs). À l’inverse, les frais de traitement ont augmenté de 1,5 % pour atteindre 73,2 millions de francs.

Près de 45 % des coûts sont imputables aux prestations de rentes, les frais de traitement représentent une part de 41 % et les indemnités journalières, une part de 14 %, Les frais administratifs de 19,7 millions de francs ont pu être abaissés d’environ 2 % par rapport au montant enregistré l’année précédente de 20,1 millions de francs.

Nombre de bénéficiaires en baisse

Le nombre de bénéficiaires de rente est en baisse constante depuis 1970 en raison de la structure des âges. Parmi les rentes d’invalidité et les rentes de survivants, on enregistre chaque année un recul de près de 50 à 100 bénéficiaires. Toutefois, les coûts totaux de l’assurance militaire sont principalement influencés par les coûts des rentes.

Ces derniers représentaient 76 millions de francs en 2020, soit près de la moitié des prestations d’assurance. Les frais de traitement suivent une tendance inverse et ont augmenté au cours des 20 dernières années, en grande partie en raison de la hausse des coûts dans le secteur de la santé et d’augmentations périodiques du nombre de cas.

Assurance sociale indépendante

Depuis 2005, la Suva gère l’assurance militaire, qui est une assurance sociale indépendante mandatée par la Confédération. L’assurance militaire couvre les personnes au service de la Confédération dans le cadre du maintien de la sécurité et de la paix.

Ce sont notamment les membres du service de milice de l’armée, du service civil et de la protection civile, mais également les participants à des actions de maintien de la paix de la Confédération et les membres du Corps suisse d’aide humanitaire (CSA), ainsi que les assurés à titre professionnel. Toutes les personnes assurées auprès de l’assurance militaire sont couvertes en cas de maladies ou d’accidents, selon la Suva.

(comm/cbx)

Ton opinion

0 commentaires